10 conseils pour faire la différence en Forum de Recrutement

Vous avez peaufiné votre CV et choisi votre plus belle cravate, repéré les noms des quelques entreprises qui vous font rêver, et vous pensez être fin prêt pour le Forum de Recrutement de votre école ? Vous faites encore partie des 99% des candidats qui ne savent pas comment se différencier lors de cette journée décisive. Nous avons décidé de vous donner quelques conseils bien précis pour vous démarquer immédiatement le jour J.

Par définition, lors d’un forum, vous faites partie d’une population de candidats potentiels qui se ressemblent tous. Même école, même formation, comment faire la différence ? Comment marquer le recruteur ? Pour cela, un seul conseil : mettez-vous à la place du recruteur.

 

Face aux centaines de candidats qui défilent à son stand, le recruteur a des consignes bien précises. En banque par exemple, les RH demandent souvent aux opérationnels de mettre de côté les quelques profils qui leur ont semblé sortir immédiatement du lot. Ces candidats, sous réserve d’avoir postulé en ligne, seront convoqués au premier tour des entretiens. Alors comment faire pour faire partie de ces heureux élus ?

 
people_walking_laughing_1400x580

 

1.      Créer du lien. Surtout, ne pas s’arrêter au fameux « Postulez en ligne ». Il s’agit d’engager la conversation avec le recruteur, opérationnel ou RH. Engager la conversation ne signifie pas :

  • Poser des questions inintéressantes : êtes-vous intéressé par des profils internationaux ?
  • Vous écouter parler, sans jamais rendre la parole à votre interlocuteur.

Au contraire, il s’agit de trouver un point d’accroche, un sujet d’intérêt commun ou un sujet de débat qui va susciter l’intérêt de votre interlocuteur. Une bonne piste pour trouver rapidement ce « terrain d’accroche » est de se renseigner sur votre interlocuteur : background, associations, métier précis au sein de son entreprise, école, origine géographique, sport pratiqué à haut niveau, mouvement de jeunesse, etc. Tout est bon pour nouer du lien, et votre capacité d’écoute sera la clé déterminante de ce court entretien.

2.      Savoir parler de soi. C’est l’exercice ultime dit de l’elevator pitch. Ici, parlez de vous en insistant sur ce qui fait de vous quelqu’un d’exceptionnel. 15 ans de pratique sportive à haut niveau ? Une implication de longue date dans une association caritative ? Un poste à responsabilité dans un mouvement scout ? Champion national d’échec ? C’est cela qui intéresse votre recruteur. Non pas que votre expérience passée ne soit pas importante, mais créer du lien nécessite de parler de ce qui vous définit en tant qu’individu. Vos choix d’activités extra-académiques vous définissent bien plus que votre précédente expérience professionnelle. Encore une fois, tout devient plus clair en se mettant à la place du recruteur : votre expérience de joueur d’échec est bien plus intéressante, d’un point de vue individuel, que votre précédent stage dans l’industrie.

3.       Raconter une histoire. Savoir parler de son expérience professionnelle est fondamental. Lorsque vous vous adressez à un recruteur, sortez de la narration linéaire classique et utilisez le story telling. Racontez votre expérience à travers un projet concret, une anecdote, une responsabilité extraordinaire que vous avez prise. De la même manière lorsque vous parlez de vos expériences extra-académiques, passez par un résultat extra-ordinaire, une préparation intensive qui s’est soldée par un échec, une rencontre exceptionnelle. Comme dans toute bonne histoire, il faut des illustrations : ayez un répertoire d’expériences mettant en valeur vos qualités de candidats. Rapprochez sans cesse vos qualités et vos expériences.

4.       Arriver tôt, tant que les recruteurs sont frais et disponibles

5.       Connaître son interlocuteur. Savoir quels sont les points forts de l’entreprise à laquelle vous vous adressez est un atout majeur. Cela vous permet d’entrée de jeu de présenter votre intérêt pour cette entreprise en particulier. Immédiatement, vous vous démarquez de tous les candidats « consommateurs » qui arrivent sans connaître rien du recruteur. Il est très apprécié d’avoir une idée de ce que l’on souhaite faire au sein de l’entreprise, sans pour autant se fermer de portes : un métier ou un produit vous intéresse particulièrement ? renseignez-vous en amont du forum pour arriver avec des questions pertinentes. Le recruteur sera extrêmement sensible à cet effort qui prouve une motivation du candidat.

6.      Prendre son tempsLa queue est longue derrière vous, et vous voulez faire bonne impression ? Ne vous sentez pas pressé, prenez le temps de nouer un lien avec le recruteur, d’engager un dialogue avec lui. Marquez des pauses dans vos propos. L’inverse aura tendance à crisper la personne en face de vous, et vous passerez pour une personne angoissée et anxieuse. Alors on respire un grand coup et on discute !

7.      Sourire. La pression inhibe parfois le sourire. Sourire décontracte l’atmosphère, permet de créer du lien et ainsi de sortir de la situation figée recruteur/candidat. Attention toutefois à ne pas prendre le recruteur pour un de vos amis : gardez toujours une distance professionnelle.

8.      Bien présenter. Oubliez les fioritures ou excentricités vestimentaires, restez sobre.

9.      Avoir un CV imprimé et impeccable. Pour cela, jetez un coup d’œil aux 13 conseils pour ne pas ruiner son CV.

10.    Connaître des collaborateurs en interne. Pas de recette magique, la qualité de votre réseau dépend uniquement des efforts que vous déployez pour l’entretenir. AlumnEye, grâce à son réseau d’intervenants hors du commun, vous donne toutes les cartes pour assurer ce dernier point !

 

Bon courage!

Michael Ohana, Fondateur d’AlumnEye

 

LA4  Lire aussi : 18 conseils pour maîtriser l’art du networking

 

Découvrez les formations AlumnEye

 

Vous aimerez aussi...