[dropcap]F[/dropcap]aire un CV complet, c’est bien, c’est important. Oui, mais voilà, pour postuler en Banque, ça n’est pas suffisant. Le niveau d’exigence est si élevé que la moindre coquille sera discriminante, voire éliminatoire. D’où la nécessité d’avoir un CV affuté auquel vous aurez consacré de nombreuses heures de travail, un soin particulier ainsi que plusieurs relectures par vos pairs.

D’expérience, on ne trouve qu’un nombre extrêmement limité de CV sans coquilles. Or c’est cela qui fera la différence lors de votre candidature. Cet article vous donne des éléments pour passer cette première étape haut la main.

 

 

1. Ne pas inscrire d’objectif, du type « Objectif : décrocher un stage en M&A ». Si vous envoyez votre CV, il est déjà suffisamment évident que vous voulez ce poste. Vous n’avez pas assez d’espace sur une page pour le superflu.

2. Le CV doit être court : une page. Seuls les banquiers expérimentés avec un CV listant les deals sur lesquels ils ont travaillé pourront se permettre de s’étendre sur 2 pages.

3. Le formatting doit être soigné, aéré net et sobre. Pour la banque et le conseil, ne rien tenter de folklorique visuellement, un CV doit être sobre et professionnel.

4. Ne pas faire de phrases entières, les employeurs ne les liront pas. Les plus courtes seraient les meilleures. Il est temps d’oublier le traditionnel triptyque sujet verbe complément. En anglais, utiliser le passé (handled, realized…).

5. Renseigner une adresse mail professionnelle. Rappel : berlusconi28@hotmail.com n’a rien de pro ou de rassurant.

6. Ne pas surcharger d’adjectifs ou d’adverbes : l’emphase cache souvent une faiblesse structurelle.

7. Ne pas mentionner des activités ou des expériences professionnelles qui n’ont pas leur place dans un CV. Chez AlumnEye, on a déjà vu passer un « bodybuilding » dans la liste des Intérêts d’un candidat en Banque.

8. Ne pas mettre de photo, c’est à proscrire si vous postulez dans une banque anglo-saxonne. Si vous n’avez pas un physique de radio, vous pouvez toutefois ajouter une photo, surtout si vous postulez pour un poste de Sales en France.

9. Ne pas mentionner des informations personnelles non nécessaires, comme le statut marital, la religion, voire le numéro de sécurité sociale : vous donnerez ce genre d’infos lorsque vous épouserez le recruteur. Pas avant.

10. Ne pas mettre de références, cela fait perdre de la place. Le recruteur les demandera de toute manière s’il le souhaite.

11. Ne pas mentir sur votre CV : Les background check sont monnaie courante. Ils ont lieu après l’obtention de votre offre et consistent en une vérification minutieuse de toutes les informations que vous avez fournies. Si l’employeur décèle une anomalie, vous risquez de remettre en cause cette offre.

12. Toujours envoyer son CV sous format PDF, sauf mention contraire, essentiellement pour des questions d’affichage du formatting. Après la conversion en PDF, faire attention que votre CV fasse bien 1 page.

13. Les erreurs les plus courantes à traquer : éliminer les doubles espaces, harmoniser les polices de vos titres et sous-titres, vérifier que la taille des tirets est la même, et que vous êtes cohérents sur les points finaux en fin de phrase.

 

Maintenant, maîtrisez votre CV sur le bout des doigts, et soyez prêts à développer chaque ligne que vous y avez glissée, que ce soit dans un ascenseur, en forum de recrutement, ou en entretien. 

Une fois cette étape passée, vous êtes prêts pour postuler à un séminaire AlumnEye.

   Lire aussi : Les tests standardisés (GMAT, TAGE, MAGE, TOEIC, …) Lesquels passer et lesquels mettre sur son CV

 

AlumnEye prépare les candidats entretiens en Banque d’Affaires, Finance de Marché et Conseil en Stratégie.
>Plus de 2 000 candidats coachés
>Un réseau dans les plus grandes banques et cabinets de conseil