L’entretien conseil en stratégie : les 5 étapes par un ex BCG

Les cabinets de conseil en stratégie font partie des recruteurs les plus sélectifs du monde. Deux chiffres l’illustrent :

  • Moins de 1% des postulants reçoivent une offre
  • Moins de 10% des candidats rappelés pour un 1er tour d’entretien auront finalement une offre

Pour faire le tri parmi les milliers de candidats, les cabinets de conseil en stratégie ont élaboré un exercice très standardisé : l’étude de cas. C’est sans doute l’exercice le plus complexe du processus de recrutement en conseil en stratégie. Toutefois, le processus de recrutement dans les meilleurs cabinets de Conseil en Stratégie ne s’y réduit pas et consiste en 5 étapes. Un ex-consultant du BCG vous les livre en exclusivité.

Vous souhaitez vous tester en conditions réelles ? Un document gratuit est téléchargeable à la fin de cet article pour vous permettre de vous tester sur une véritable étude de cas d’un cabinet de conseil en stratégie.

 

1. La sélection CV et Lettre de Motivation en Conseil en Stratégie

  • Pour passer cette étape, chaque cabinet de conseil en stratégie a ses “Target Schools”, i.e. la liste des écoles de commerce et d’ingénieur qui correspondent aux profils recherchés par le cabinet. Pour des cabinets comme McKinsey, BCG et Bain, il est indispensable, au niveau junior, d’être issu d’une école Tier 1 : HEC, ESSEC, ESCP, Sciences Po, Polytechnique, Centrale, Mines, Ponts & Chaussées, Supelec, Telecom, et il n’est pas rare de voir les étudiants doubler leurs diplômes avec une dernière année de Master, en France ou à l’étranger (Oxbridge ou universités américaines Ivy League ou affiliées).
    D’autres cabinets sont plus flexibles sur les écoles cibles.
    Point important : ceci n’est vrai qu’au niveau junior, c’est à dire à la sortie de l’école. Les considérations d’écoles deviennent moins importantes dès qu’un candidat a 2 ou 3 années d’expérience professionnelle.
  • Le CV du candidat doit être taillé pour le conseil en stratégie, c’est-à-dire présenter vos expériences académiques, professionnelles et extra-scolaires dans la perspective de démarrer une carrière en conseil en stratégie.
  • La lettre de motivation en conseil en stratégie doit exposer vos motivations pour le métier, montrer que vous savez en quoi il consiste concrètement et que vous connaissez le cabinet de conseil en stratégie pour lequel vous postulez de manière spécifique : culture d’entreprise, organisation, évolutions, spécialité métier/secteur.
  • Passer cette étape ne rapporte pas de « points » : une fois que vous obtenez un entretien, rien n’est gagné, il faudra faire vos preuves. Moins de 10% des candidats décrochant ce premier tour auront une offre.

 

AlumnEye filtrage cv

 

2. Filtrage par test informatique

  • Il s’agit de vérifier vos capacités analytiques : résolution de problème, analyses mathématiques, calculs de base, analyse de graphes, esprit géométrique, rigueur analytique, extraction d’information…

Un article est en préparation sur les tests informatiques posés par les cabinets de conseil en stratégie les plus sélectifs.

 

3. Premier tour d’entretiens en Conseil en Stratégie

AlumnEye entretien en conseil de stratégie

 

  • Cela consiste en 2 entretiens au cours desquelles vous passez 2 types de tests, le premier ouvrant l’entretien et l’autre le clôturant. L’interviewer est un chef de projet (project leader ou PL dans le jargon BCG) ou un consultant senior.
  • Test des qualités interpersonnelles (environ 15’), aussi appelé le “fit” : il s’agit de questions informelles sur votre CV, votre expérience, ce que vous aimez, etc. Ces questions ont l’air anodines mais doivent être très préparées. Tout au long de l’entretien vous êtes testé sur vos capacités de communication verbales et non verbales.
  • Test des capacités analytiques via l’étude de cas (environ 45’) : la fameuse étude de cas, aussi appelé case cracking est le point crucial du processus de recrutement. Un problème business à résoudre vous est posé, et sa résolution requiert une préparation intensive à l’étude de cas. Le cas est souvent dévié d’un cas réel auquel votre interviewer a participé dans son cabinet de conseil en stratégie.
  • Des guesstimates ou market sizing, consistant en des questions d’estimation de taille de marché sans données. A titre d’exemple : combien y-a-t-il d’accordeurs de piano à Paris ? Ces questions de market sizing sont souvent intégrées à l’étude de cas.
  • Certains cabinets posent également aux candidats des brain teasers, sorte de petites énigmes logiques. Par exemple : pourquoi les bouches d’égout sont rondes ?
  • L’interviewer peut demander de passer de l’anglais au français, et éventuellement dans une autre langue mentionnée dans votre CV.

Découvrez notre article dédié aux outils de l’Entretien de Conseil en Stratégie ou celui spécialement dédié aux Brain Teasers

 

4. Deuxième tour d’entretiens en Conseil en Stratégie

  • Il consiste en 2 entretiens, qui peuvent être similaires au tour précédent, ou comporter une ou plusieurs des variations suivantes. Votre interviewer est un PL ou un Principal (grade entre PL et Partner).
  • Data dumping (cette épreuve n’est pas systématique pour un stagiaire mais l’est souvent pour une embauche) : un dossier très volumineux vous est confié afin de répondre à une ou plusieurs questions dans un temps court (1h ou 2h). Vous devez avoir une stratégie pour ne pas vous noyer sous les données et perdre un temps précieux, la clef étant de ne pas paniquer.
  • Slide writing : on vous demande de présenter vos conclusions sous forme de slides. A nouveau cela ne s’improvise pas, on attend des slides extrêmement bien  formatées, propres, lisibles avec un message clair.
  • Entretien de groupe (ce type d’entretien devient très rare) : Plusieurs candidats doivent travailler ensemble à la résolution d’un cas. Cela teste vos capacités de team player et votre réaction en groupe sous pression.

 AlumnEye teamwork

 

5. Troisième tour d’entretiens en Conseil en Stratégie

  • Il consiste en 2 entretiens. Vos interviewers seront 2 partners ou un principal + un partner. Celui-ci est en charge du recrutement et aura le dernier mot sur votre recrutement.
  • Il se déroule comme les entretiens du premier tour. De manière générale, souvenez-vous que l’interviewer se demande « Est-ce que j’aimerais travailler avec lui/elle ? ». C’est encore plus vrai du dernier tour où le partner a la décision finale, il va être très attentif à vos qualités interpersonnelles car il sait que si vous êtes là, vous avez passé les tours précédents avec succès, validant ainsi vos capacités analytiques.

 

Il faut travailler chaque étape de ce processus afin de ne pas être déstabilisé, et de montrer que vous êtes préparé à toute situation. Les entretiens ne finissent jamais, tant que vous êtes dans l’entreprise vous êtes observé et notamment en fin d’entretien. Les petites questions finales ou celles que vous demande de poser votre interviewer sur son métier, son entreprise, sont à préparer également.

Vous pouvez vous tester vous-même sur une étude de cas mise à disposition gratuitement par AlumnEye ci-dessous. Vous y découvrirez à la fin des conseils de préparation de ceux qui sont rentrés dans les plus grands cabinets. A nouveau, ne négligez aucune étape : le cas est le plus stressant et le plus impressionnant, toutefois il serait dommage de se faire recaler sur une autre étape par manque de préparation !

    RECEVEZ GRATUITEMENT UNE ETUDE DE CAS CORRIGÉE

*Votre email ne sera jamais communiqué à des tiers.

 

Pour vous préparer aux entretiens en Conseil en Stratégie, découvrez l’Intensive Track AlumnEye !

 

Formation Conseil en Stratégie

Découvrez les fiches PrepFinance

Vous aimerez aussi...