Le plus grand obstacle entre un candidat et McKinsey, BCG ou Bain

McKinsey, BCG et Bain : l’ultra-sélectivité en entretien

 

Article_sélection

Le top 3 des cabinets de conseil en stratégie – McKinsey, BCG et Bain – ne fait pas de mystère concernant son processus de recrutement : sa cible prioritaire est le candidat issu des écoles dites « Tier 1 » comprenant notamment l’École Polytechnique, Centrale Paris, Mines de Paris, Ponts & Chaussées, HEC, ESSEC, ESCP. D’autres écoles peuvent être reçues en entretien, mais il ne s’agit pas du sujet de cet article.

 

ATTENTION : si ces candidats sont privilégiés au screening CV, ces cabinets de conseil en stratégie ne leur font aucun cadeau lors des entretiens. Ces candidats passeront la même série de tests et le même nombre d’entretien que n’importe quel autre candidat. Aucun privilège n’est accordé, et il n’existe aucune tolérance pour les meilleures écoles. Les taux de recrutement extrêmement faibles que nous produisons ci-après en témoignent d’ailleurs.

 

Les chiffres de recrutement de ces cabinets de conseil en stratégie sont des données très sensibles et il est quasi impossible d’y avoir accès.

 

Nous avons obtenu 2 chiffres clés pour ces cabinets de conseil en stratégie du top 3 :

  • Le nombre de CV reçus au bureau de Paris pour un cabinet de conseil en stratégie MBB
  • Le taux de sélectivité, exprimé en pourcentage de candidats recrutés par rapport au nombre de candidats invités pour un premier tour entretien, en fonction de l’école :

 

 

Ecole
% d’offre sur nb de candidats au 1er tour
HEC
8%
ESSEC
5%
Polytechnique
15%

 

Ces taux de recrutement sont en réalité beaucoup plus bas. En effet, ce taux est calculé en pourcentage du nombre de candidats déjà invités pour un premier tour d’entretien. Autrement dit, pour qu’il s’applique, il faut déjà avoir été invité au premier tour, c’est-à-dire passer le premier filtre par CV et lettre de motivation.

Le taux de recrutement varie ainsi entre 1 candidat sur 7 et 1 candidat sur 20 seulement entre le 1er tour et le dernier tour, et ce pour les écoles « target » de recrutement, prouvant à nouveau la sélectivité du recrutement.

 

LIRE AUSSI

5 étapes du recrutement en conseil en stratégie révélées par un ex-BCG

Comment fonctionne le processus de recrutement chez McKinsey

10 conseils pour réussir son entretien en Conseil en Stratégie

 

Excès de confiance, manque de préparation à l’étude de cas

A cette sélectivité s’ajoute une nouvelle tendance dont les recruteurs des cabinets MBB se plaignent de plus en plus.

D’après eux, ces chiffres ont encore chuté dramatiquement pour deux raisons : un excès de confiance, et une méconnaissance de la difficulté de l’exercice de l’étude de cas. Les recruteurs invitent ainsi des candidats sélectionnés grâce au sésame que représente leur CV, mais une fois en entretien ces candidats montrent un manque de préparation flagrant à l’étude de cas, et au processus de recrutement en général.

Le résultat : récemment, les taux de recrutement que nous avons mentionnés se sont retrouvés divisés par 2, voire par 3, dans l’année précédente. Les taux cités ci-dessus datent en effet de 2012. Cette baisse est loin d’être une mauvaise nouvelle : pour les candidats conscients de la difficulté du processus de recrutement, la porte est grande ouverte.

Concernant la préparation, il n’y a absolument aucun tabou : les cabinets de conseil en stratégie sont parfaitement transparents sur leurs attentes. Ils souhaitent rencontrer des candidats préparés à ces entretiens si sélectifs. Certains candidats pensent que les recruteurs recherchent des candidats “au naturel”, comme à la recherche d’un diamant brut. Bien au contraire, ils évaluent les candidats ayant méticuleusement préparé l’exercice des entretiens en Conseil en stratégie et notamment l’exercice de l’étude de cas. C’est là qu’ils jugent ses capacités d’analyse, de synthèse, son business sense et ses compétences logiques et calculatoires.

Cliquez ici pour en savoir plus sur la préparation aux entretiens en Conseil en Stratégie ultra-efficace conçue par AlumnEye.

Après le CV, 150 heures nécessaires

Loin de marquer la fin de cette politique privilégiant certaines écoles, ces taux de recrutement en baisse reflètent également la nouvelle ouverture dont font preuve les cabinets de conseil en stratégie à certaines écoles, notamment à Sciences Po Paris dont de plus en plus d’étudiants intègrent les cabinets de conseil en stratégie, en particulier du trio MBB.

La leçon à retenir pour tous les candidats est que non seulement leur CV et leur lettre de motivation doivent être impeccables, mais une fois en entretien, c’est la préparation qui fera toute la différence.

Les consultants du Top 3 estiment qu’il faut environ 150 heures de préparation individuelle et en binôme pour atteindre le niveau requis en entretien, à la fois en étude de cas et en fit, peu importe votre école d’origine.

Vous souhaitez vous tester sur une véritable étude de cas ? AlumnEye met gratuitement à votre disposition une étude de cas ici !

 

    RECEVEZ GRATUITEMENT UNE ETUDE DE CAS CORRIGÉE

*Votre email ne sera jamais communiqué à des tiers.

Découvrez les fiches PrepFinance

Vous aimerez aussi...