Quels stages pour intégrer le conseil en stratégie ?

Bien que les cabinets de conseil recherchent surtout des têtes bien faites ayant excellées dans leurs formations respectives et ailleurs, on retrouve une certaine homogénéité dans les stages effectués par les jeunes diplômés recrutés pour des postes de junior. Ces quelques stages que s’arrachent les élèves des grandes écoles au cours de l’année de césure ou du stage de fin d’étude sont réputés très formateurs et proches des missions de consultant. Ces derniers y sont d’ailleurs très sensibles au cours des processus de recrutement et notamment du screening des CV et lettres de motivation.

 

Les différents « niveaux » de stage : quels sont les plus valorisables ?

Dans l’optique d’être embauché au sein d’un cabinet de conseil en stratégie, bien choisir ses stages n’est pas un luxe mais une nécessité. En effet, ces derniers ne se valent pas tous aux yeux des recruteurs et certains d’entre eux peuvent réellement faire la différence au moment du screening mais également au cours des entretiens. Pour illustrer cela, et en gardant toujours en tête que l’objectif final est d’obtenir une offre d’embauche en tant que consultant junior, on peut classer les stages en trois « niveaux » :

  • Niveau 1 : Stage pouvant être déterminant pour les écoles non cibles et proche du travail en conseil en stratégie
  • Niveau 2 : Stage intéressant et proche d’une certaine catégorie de missions proposées par les cabinets
  • Niveau 3 : Stage non clé mais non bloquant, particulièrement pour les écoles cibles

Il y a bien sûr toujours des exceptions en fonction du profil et de l’histoire du candidat, du networking ainsi que du déroulement des entretiens. Pour faire simple, plus un stage est sélectif et exigeant et plus il sera apprécié par les ressources humaines des cabinets. Il faut en revanche également s’attacher à construire un parcours global cohérent et non pas un simple catalogue de stages.

 

Target Schools : écoles cibles et non cibles pour les cabinets parisiens

Face à l’afflux grandissant de candidatures dépassants de loin le nombre de places proposées par les cabinets, une stratégie de recrutement assez spécifique à ce secteur a été mise en place. Faire passer des entretiens mobilise d’importantes ressources humaines en interne, nécessitant une sélection drastique basée essentiellement sur l’école.

C’est ainsi que les sociétés de conseil en stratégie ont décidé de se restreindre à un petit nombre d’écoles au sein desquelles elles vont chercher l’écrasante majorité de leurs jeunes diplômés : les écoles cibles. Leur but étant de recruter les meilleurs candidats, les cabinets se dirigent naturellement vers les institutions les plus prestigieuses à défaut de pouvoir convoquer tout le monde en entretien ; espérant ainsi limiter le nombre “d’erreurs”. C’est donc lors de l’étape du screening que l’école ou l’université d’origine est quasi-déterminante. Cependant, certains cabinets se sont assouplis dernièrement avec des listes d’écoles cibles légèrement élargies. Au moment du screening, les cabinets sont donc plus indulgents avec les candidats des écoles cibles (concernant les stages ou les expériences à l’international par exemple), là où un étudiant d’une “école frontière” devra présenter un parcours irréprochable et des stages pertinents notamment pour décrocher un entretien. Le fait de venir d’une école cible n’accorde cependant pas la certitude de passer à l’étape suivante du recrutement mais les chances d’y parvenir sont élevées si la préparation est sérieuse et le parcours cohérent et solide. Certaines écoles n’ont pas pour vocation historique de former aux métiers du conseil et placent donc moins d’étudiants dans les cabinets. On peut penser par exemple aux Écoles Normales Supérieures qui ne figurent donc pas dans la liste qui va suivre (même si des normaliens sont screenés chaque année).

Les écoles frontières sont des écoles sélectives se trouvant, comme le nom l’indique, à la limite entre les écoles cibles et les écoles non cibles. Ces écoles sont connues des cabinets mais un étudiant provenant d’un de ces établissements n’a pas le droit à l’erreur (tant sur son parcours qu’en entretien). Ils sont invités à effectuer des doubles cursus au sein d’écoles cibles ou à l’international ou alors à décrocher des stages valorisants. Les recrutements représentent quelques élèves seulement par cabinet et par an pour ces écoles (plusieurs dizaines d’élèves pour les écoles cibles).

Un étudiant ne provenant ni d’une école cible, ni d’une école frontière n’aura quasiment aucune chance d’être screené par des cabinets de stratégie. Les exceptions existent toujours, surtout si le candidat a été recommandé par un consultant en interne ou s’il présente des réalisations qui sortent de l’ordinaire dans son parcours (hautes distinctions, sportif de très haut niveau, etc.). Il y a aussi la possibilité de compléter sa formation au sein d’une école cible après avoir été diplômé d’une école d’ingénieur ou bien de travailler quelques années dans l’industrie avant de tenter sa chance avant ou après un MBA selon l’expérience en question. Une fois en entretien, l’importance de l’école d’origine diminue très fortement, ce qui s’observe par le nombre de candidats d’écoles cibles échouant après avoir passé le screening avec succès. Une excellente préparation peut donc réellement faire la différence à condition de décrocher un entretien.

Voici une répartition possible pour les écoles en France :

Écoles cibles :

  • Écoles d’ingénieur : École Polytechnique, Mines ParisTech, CentraleSupélec, École des Ponts ParisTech ;
  • Écoles de commerce : HEC, ESSEC, ESCP ;
  • Instituts d’Études Politiques : Sciences Po Paris.

Écoles frontières :

  • Écoles d’ingénieur : Télécom Paris, ISAE-SUPAERO, ENSTA ParisTech, ENSAE Paris, Centrale Lyon ;
  • Écoles de commerce : EDHEC, EM Lyon.

LA4Lire aussi : Conseil en stratégie : quelles perspectives de carrière ?

Niveau 1 : Conseil en stratégie, M&A, PE, stratégie d’entreprise

Les stages dans le conseil en stratégie sont la meilleure option qui existe mais sont aussi les plus ardus à décrocher. La sélectivité sera la même que pour un CDI et les cabinets recrutent généralement des stagiaires en deuxième partie de césure ou en stage de fin d’études ayant eu une première expérience solide de 6 mois au minimum. De plus, en cas d’échec notable au cours du processus de recrutement, il ne sera plus possible de candidater au cabinet pendant 2 ans en général. Une autre solution est de participer à des campagnes de recrutement spécifiques que certains cabinets proposent chaque année. Oliver Wyman organise ainsi un évènement annuel dédié spécifiquement aux élèves des grandes écoles d’ingénieurs : « Start Here ». Les candidats sélectionnés participent à une journée de test dans le bureau parisien du cabinet puis les lauréats sont invités à passer un week-end en immersion dans un autre bureau dans le monde. A l’issue de ce week-end, des offres de stages sont proposées à ceux qui se sont distingués ; les autres peuvent espérer sauter un tour d’entretien lors de leur candidature à un stage de césure ou de fin d’étude par exemple. D’autres cabinets utilisent très largement ce genre de processus. Attention cependant, les stages en Knowledge Center au sein des MBB ou autres cabinets de conseil en stratégie ne sont pas pertinents ici ! Ces stages sont beaucoup plus accessibles (on y retrouve très largement des étudiants en fac ou en école d’ingénieurs hors groupe A+/A et des écoles de commerce hors parisiennes) et le travail qui y sera demandé est radicalement différent de celui du consultant. Pour un stage en cabinet de conseil hors Knowledge Center, les missions du stagiaire seront généralement les mêmes que celles d’un analyste ou junior consultant fraîchement embauché. Enfin, certains candidats choisissent parfois de s’exporter en candidatant dans des bureaux à l’étranger. Les étudiants des écoles françaises choisissent le plus souvent Bruxelles et Casablanca puisque le processus de recrutement y est aussi en français.

Le M&A (Mergers and Acquisitions) et le PE (Private Equity) font également partie du cercle fermé des stages extrêmement vendeurs pour le conseil. Ces derniers démontrent aux cabinets une capacité à supporter de très grandes charges de travail (respect des deadlines, qualité des livrables), une confrontation à des thématiques business sans parler de leur sélectivité. Ces qualités se retrouvent en stratégie d’entreprise (partenariats, acquisitions, diversification) même si les propositions de stages au sein des directions stratégiques des grands groupes sont plus rares. Ils permettent de justifier une appétence pour certains secteurs et les équipes stratégiques regorgent d’anciens consultants qui seront très certainement de bon conseil. Cette expérience sera d’autant plus importante si le groupe en question fait partie du portefeuille clients du cabinet et si l’exposition aux décisions stratégiques y a été importante.

Un étudiant d’une école non cible qui réussit à effectuer un stage de niveau 1 marquera des points à coup sûr et ce stage pourra même s’avérer déterminant dans sa candidature dans la mesure où il offre des garanties aux consultants. Le candidat pourra également très largement s’appuyer dessus en entretien. Notons également que certains candidats provenant d’écoles cibles ont réussi à obtenir un stage en cabinet de conseil en stratégie en première partie de césure. Ces cas restent toutefois mineurs et les individus en question se sont souvent distingués dans les associations de leurs écoles.

 

    RECEVEZ GRATUITEMENT LES QUESTIONS D'ENTRETIEN DE CONSEIL EN STRATEGIE

*Votre email ne sera jamais communiqué à des tiers. En téléchargeant ce document, vous acceptez de recevoir des informations sur l'actualité d'AlumnEye.

Niveau 2 : Finance (en entreprise ou de marché), marketing stratégique ou conseil en management ou en transformation

Pour des ingénieurs, ces stages peuvent se révéler pertinents afin de justifier une appétence pour les problématiques business notamment en marketing stratégique dans de grands groupes dans le luxe ou le retail (L’Oréal, Nestlé, Coca-Cola, etc.) ou en finance (en banque ou en entreprise). Une expérience dans le conseil en management pourra être bénéfique dans la mesure où elle permettra la découverte de la réalité du métier de consultant, une certaine exposition aux directions générales et des missions variées. Attention cependant à ne pas effectuer des missions trop techniques : certains cabinets de stratégie pourront rétorquer que le travail effectué n’a rien à voir avec le leur. L’avantage cependant est que ces cabinets sont en général moins sélectifs que leurs confrères en stratégie : la taille des cabinets, le besoin et le renouvellement des effectifs sont en général plus importants.

Dans les faits, la majorité des étudiants d’écoles non cibles qui se font embaucher dans un cabinet parisien ont effectué au minimum un stage de niveau 1 (avec parfois un MSc dans une école tier 1 juste après leur première diplomation).

LA4Lire aussi : Les cabinets de conseil en stratégie à l’assaut du marché africain

Niveau 3 : Audit / Transaction Services et autres (supply chain, affaires publiques, groupes technologiques, etc.)

Les stages en audit démontrent une certaine rigueur et une aisance sur Excel ainsi qu’avec les chiffres. Préférez quand même un stage dans un Big Four (PwC, KPMG, Deloitte, Ernst & Young) qui vous permettra de vous confronter aux réalités du terrain avec parfois une forte exposition client qui sera toujours valorisable en entretien. Ici encore, cela pourra être une source de discussion pour les étudiants désirant justifier leur attrait pour le secteur financier et les opérations financières. On y acquiert une bonne méthodologie de travail, une excellente maîtrise des outils de communication classiques et une capacité d’interaction avec de nombreux secteurs et départements clients différents.

Les autres stages (tels qu’en affaires publiques) peuvent éventuellement intéresser les ressources humaines des cabinets mais cela dépend beaucoup du contexte, de la localisation du stage, des résultats, etc. Une expérience dans un grand groupe technologique ou autre du type Google, Facebook, Amazon ou Uber est aussi intéressante à faire figurer du fait de la sélectivité de ces entreprises et des projets innovateurs qu’elles mettent en place.

 

Activités associatives et extra-scolaires

A défaut d’avoir eu l’occasion d’effectuer un stage au sein des trois niveaux précédents ou afin de solidifier son parcours ou de mettre en lumière des passions ou des convictions ainsi que des causes importantes, des expériences substantielles en association ou en création d’entreprise sont les bienvenues :

  • Membre du bureau de la junior entreprise ou d’une autre association de son école ou en dehors ;
  • Bénévolat ;
  • Volontariat ;
  • Projet / Création d’une start-up ;
  • Participation à des compétitions en tout genre (échecs, etc.) ;
  • Projet personnel important, etc.

En règle générale, tout ce qui caractérise profondément quelqu’un, le valorise et le distingue des autres candidats est exploitable.

 

Le réseau : la solution ?

Une recommandation d’un consultant en interne peut permettre à un candidat d’une école non cible de passer l’étape du screening et donc d’être convoqué pour les premiers tours d’entretiens. Les consultants disposent en effet d’une plateforme en interne leur donnant accès à l’ensemble des candidatures récentes dans laquelle il leur est possible de « pousser » la candidature d’une personne en particulier. C’est ainsi qu’un nombre non négligeable de candidats d’écoles de commerce hors parisiennes ou d’ingénieurs hors groupe A+ ont pu obtenir des entretiens dans les MBB.

Attention cependant : même si une recommandation solide permet en effet de passer le screening, elle ne se substitue en aucun cas à une préparation sérieuse des entretiens et une rédaction minutieuse du CV et de la lettre de motivation. D’une part, le CV et la lettre de motivation sont encore une fois examinés et sont une grande source de discussion au cours des questions de fit, et d’autre part, une fois en entretien, les recommandations antérieures n’ont plus aucune importance (ou quasiment plus aucune) aux yeux des consultants, managers et partners du cabinet.

 

Racil Kacem, étudiant à l’ISAE-SUPAERO et contributeur du blog AlumnEye

 


Excel : le match VLOOKUP vs INDEX MATCH

Excel est un des sujets préférés de nos lecteurs. Et pour cause, c’est sans doute le logiciel avec lequel vous passez le plus clair de votre temps !

Nous avons donc décidé de vous donner quelques tips utiles qui réduiront vos longues soirées sur Excel, et vous feront passer pour un guru « technique » auprès de votre boss et vos collègues.

INDEX MATCH, le pourfendeur du VLOOKUP

Pour ceux qui ont un Excel en français, le VLOOKUP n’est autre que le fameux RECHERCHEV, très coté, très connu, très simple d’utilisation. Quant à l’INDEX MATCH, son petit nom francophone est INDEX EQUIV, plus timide, moins tapageur, mais bien plus efficace.

    TÉLÉCHARGE LE GUIDE DE LA FINANCE GRATUITEMENT

Rédigé par des pro, ce guide décrit les métiers de la finance et t'aidera à y voir + clair dans ton orientation !

Pourquoi vouloir remplacer le VLOOKUP ? 

Il y a 3 principales raisons, qui méritent d’abandonner le VLOOKUP :

1. La contrainte de l’ordre des colonnes

VLOOKUP recherche une valeur dans la « colonne de référence » qui doit être située à gauche de colonne de la valeur retournée. Pour cette raison, il est parfois nécessaire de changer l’ordre des colonnes pour utiliser la fonction VLOOKUP, ce qui est toujours pénible.

2. La contrainte du comptage des colonnes

Lorsque vous cherchez à retourner une valeur située en colonne n°3, ça n’est pas un problème, mais si elle est en colonne n°554, il faut compter ! ça n’est certainement pas le plus gros blocage, mais on s’en passerait bien.

3. La contrainte sur le tri croissant des valeurs numérique

Si l’on utilise le VLOOKUP pour rechercher une valeur numérique, il est indispensable de trier la colonne de valeurs selon un ordre croissant. Encore une manipulation supplémentaire nécessaire pour utiliser cette fonction.

Pourquoi INDEX MATCH est une fonction bien supérieure que VLOOKUP

Pour comprendre la supériorité d’INDEX MATCH, il faut d’abord bien comprendre la fonction INDEX et la fonction MATCH et leur complémentarité.

Rien de tel pour ça qu’une vidéo avec une spreadsheet excel en exemple !

 

Si vous avez compris le principe, tant mieux ! Cette deuxième vidéo vous donnera un exemple plus complexe qui requiert INDEX MATCH


A propos des 2 millions

Bonsoir à tous,
Il est 11h59 le soir du premier avril et il est temps du dévoilement. Certains le comprennent en lisant ces mots, d’autres l’avaient pressenti, mais avec autant de like, "ça ne pouvait pas être faux"...
AlumnEye est aujourd’hui le leader du suivi carrière en France : on travaille sur la préparation pour des carrières en Finance ou en Conseil, sur du coaching pour des candidatures en MBA ou en Master Spé, ou encore sur de l'accompagnement pour des reconversions professionnelles. Nous avons construit une expertise unique sur la question suivante qui taraude beaucoup d’entre nous :
Comment atteindre mes objectifs professionnels et comment être à la hauteur de mon ambition ? 
Annoncer une levée de fonds de 2 millions d’euros, c’est un peu comme annoncer à son entourage proche que l’on vient de décrocher son job chez Goldman Sachs. C’est aussi comme annoncer à ses collègues en Audit qu’on les quitte pour intégrer le MBA de Stanford. C’est encore comme annoncer à ses copains d'école que l’on démissionne de son dream job chez McKinsey pour aller monter une startup à Dakar. C’est un sentiment de fierté, d’achievement, d’ambition réalisée. Un sentiment d’aboutissment, qui en général augure également d’un nouveau départ et de nouveaux challenges.
Pour arriver à cette étape décisive de l’ambition réalisée, le travail à fournir est souvent titanesque et AlumnEye aide des centaines de candidats tous les ans à organiser leur temps, à se préparer avec  méthode, à trouver les contacts nécessaires et à tenir leur motivation initiale sur la durée.
Chez AlumnEye c’est de voir nos candidats franchir la ligne d’arrivée avec ce sentiment de fierté immense qui nous drive. Notre réussite à nous, c’est le coup de fil du candidat qui appelle après 3 ans de travail acharné parce qu’il vient de décrocher son dream job, c’est l’email de la candidate qui nous explique qu’avec du recul les conseils qu’on lui a donné ont complètement changé la donne, et ce "pour toute sa vie".
C’est pour ça qu’on se lève le matin, qu’on prend des appels angoissés le dimanche soir, qu’on relit des lettres de motivation à nos pauses déjeuner, et qu’on travaille tous les week-ends avec nos candidats en formation.
Alors pour célébrer nos “2 millions” à nous, notre fierté du quotidien, on vous propose de venir boire un verre à ce jeudi 7 avril prochain, à l’afterwork AlumnEye, où l’on pourra rencontrer du monde, discuter de tout et pourquoi pas de levée de fonds, ou encore de recrutement, de startups, de finance, de conseil en stratégie et de rêve à l'international.
Michael Ohana
Fondateur d'AlumnEye

AlumnEye lève 2 millions d'euros pour coacher les candidats les plus ambitieux

EN SAVOIR PLUS SUR CE POISSON D'AVRIL :)

 

 

La start-up coach des candidats pour décrocher les postes les plus séléctifs dans les secteurs de la finance, du conseil et des technologies.

Fondée il y a 4 ans d'existence, AlumnEye entre dans la cour des grands. La start-up spécialisée dans la préparation aux entretiens vient de boucler un tour de table de 2 millions d'euros, notamment auprès des fonds d'investissements américains et asiatiques. John Mack (ex-CEO de Morgan Stanley), Ken Griffin (CEO de Citadel) et Andrew Ross Sorkin (éditorialiste  au New York Times et auteur de Too Big To Fail), entrent au capital de la jeune pousse française.

Cette levée de fonds doit permettre à AlumnEye d'étendre ses formations aux Etats Unis, au Royaume Uni, à Singapour et à Hong Kong, le service n'étant pour l'instant disponible qu'à Paris. Elle servira également à financer le recrutement de formateurs uniquement issus des institutions les plus sélective. La startup compte déjà des formateurs venant de Goldman Sachs, JPMorgan, McKinsey, BCG et diplômés d'Harvard, Cambridge et Polytechnique.

Plus que les structures traditionnelles de coaching, AlumnEye veut asseoir sa position de véritable réseau professionnel premium où les candidats pourront rencontrer leurs futurs mentors, et ainsi atteindre leurs objectifs professionnels les plus ambitieux.

 


Campagne diffamatoire contre AlumnEye : la plus belle forme de flatterie...

... est visiblement l'usurpation d'identité avec l'intention de nuire.

 

Bonjour à tous,

 

C'est la première fois que je prends la parole à la première personne sur ce blog. Je comptais le faire dans d'autres circonstances, mais le reportage sur AlumnEye dans Capital sur M6 n'a semble-t-il pas généré que des réactions bienveillantes.

 

Je suis Michael Ohana, le fondateur d'AlumnEye. Il y a bientôt 3 ans, j'ai lancé AlumnEye, une structure de préparation aux entretiens d'embauche en finance et en conseil. Cette structure repose sur un Réseau d'intervenants, de professionnels et de candidats réunis autour d'une même aspiration : se construire une carrière à la hauteur de leur ambition. AlumnEye, c'est près de 1000 étudiants formés et plus de 5000 étudiants rencontrés lors de conférences gratuites et ouvertes à tous, aux 4 coins de la France.

 

AlumnEye a été ce week-end la cible d'une campagne diffamatoire avec l'intention de nuire. Un individu a usurpé mon identité en envoyant un email depuis une fausse adresse gmail portant mon prénom et mon nom de famille. Cet individu prétend avoir suivi une formation AlumnEye à 1200€ pour préparer les Summer Internships et dit en être déçu. Il ajoute en pièce jointe de son mail un polycopié de formation AlumnEye scanné datant de mai 2013. Or ce pricing de 1200€ n'existait pas à la date où ce polycopié à été distribué. Les premiers éléments de l'enquête indiquent qu'il s'agit d'un de nos concurrents.

 

Une plainte a été déposée au commissariat pour usurpation d'identité, contrefaçon et atteinte à l'image. Il s'agit d'une violation de la propriété intellectuelle d'AlumnEye punie de trois ans d'emprisonnement et de 300.000 euros d'amende (art. L335-2 du code de la propriété intellectuelle).
 
PS : les informations de ce polycopié datent de plus de 18 mois, ce qui le rend aussi efficace qu'un antibiotique périmé. Nous actualisons nos polycopiés avant chaque formation. Depuis 18 mois, nous avons ajouté des centaines de questions techniques récemment posées en entretien et il y a désormais plusieurs polycopiés de niveau technique croissant.

 

Ce genre d'événement fait partie de la vie d'une société. C'est déplorable, mais c'est une excellente occasion pour rappeler un ou deux éléments qui définissent l'ADN d'AlumnEye.

 

Beaucoup d'étudiants sont convaincus que la valeur d'AlumnEye réside dans ses polycopiés. Laissez moi vous rassurer : nos polycopiés sont exceptionnels.

 

Mais réduire AlumnEye à ses polycopiés revient à apprendre à conduire avec votre code de la route. Bien plus que préparer aux questions techniques, AlumnEye aide les étudiants à s'orienter. Surdiplômés ou challengers, nous avons aidé près d'un millier d'étudiants à trouver leur voie.
Officiellement, le métier d'AlumnEye est d'aider les candidats à répondre aux questions qui leur sont posées en entretien. En réalité, notre métier au quotidien est d'aider des candidats brillants et ambitieux à trouver leur voie, à poser les bonnes questions, loin des cours de récréation et des pressions familiales, grâce des éléments concrets : des témoignages vivants de professionnels des institutions les plus inaccessibles. Nous ouvrons à nos membres un carnet d'adresses de professionnels jeunes et moins jeunes qui apportent le recul de leur position et donnent toutes les astuces pour réussir.

 

Beaucoup de candidats formés par AlumnEye ont décroché le job de leur rêve en M&A ou en Trading, quand les autres sont désormais Consultants en Stratégie. Mais une partie d'entre eux font désormais du Marketing, ou ont rejoint l'univers des startups. Et ces étudiants sont une composante indispensable du Réseau AlumnEye. Ils rêvaient souvent d'un métier, sans même pouvoir formuler de questions à son propos. AlumnEye leur a permis de s'orienter au delà des "on dit", d'en savoir davantage sur les fantasmes de la finance, les mythes du conseil, et d'avoir accès à des professionnels dans des secteurs totalement différents, pour qu'ils puissent se faire leur propre avis et s'orienter sans se tromper, en gardant la même ambition, toujours.

 

AlumnEye propose en effet une offre globale, un véritable accompagnement individualisé, sur la durée. Ce que vous ratez en vous arrêtant à nos polycopiés ?
  • des formateurs des banques et des cabinets de conseil en stratégie pour répondre à toutes vos questions
  • un gain de temps immense dans votre préparation avec une feuille de route pour savoir "quoi faire ?", "quand ?", et "comment ?"
  • l'accès illimité au Forum AlumnEye où sont regroupés tous les compte-rendus d'entretiens en finance et conseil de tous nos membres
  • l'occasion unique d'avoir au bout du fil 24/7 un expert du recrutement pour poser les bonnes questions
  • permettre de simuler vos entretiens de fit, votre elevator pitch et toutes les astuces pour construire des réponses efficaces aux questions les plus angoissantes
  • la reprise de votre CV et votre lettre de motivation, en français comme en anglais
  • des études de cas individuelles en conseil en stratégie avec un véritable consultant du Top3
  • une méthodologie efficace sur tous les points techniques mais également sur le fit
  • un groupe de candidats qui vous aideront à vous motiver en formant un groupe de travail
  • toutes les astuces des processus de recrutement (stratégie de candidature, calendrier, GPA, graduation date)
  • des conseils personnalisés pour gérer plusieurs offres en même temps
  • une méthode précise pour utiliser vos réseaux : le votre, celui de votre école, et celui d'AlumnEye
  • des conseils inédits pour vous glisser dans des événements auxquels vous n'êtes pas convié
  • un suivi qui va bien au delà de votre formation : nous continuons à faire passer les CV de nos membres plusieurs années après leur formation

 

Il reste un élément déterminant à traiter : dans l'email en question, la qualité de la formation AlumnEye a été remise en cause. Laissez-moi vous donner quelques éléments objectifs :

 

  • 98% des candidats ont noté leur formation 4/5 ou 5/5. Les feedbacks des formations AlumnEye sont systématiques et anonymes. Ils n'ont jamais été inférieurs à 3/5. La note de 3/5 représente moins de 2% des avis.
  • les derniers formateurs à avoir délivré des formations AlumnEye travaillent ou ont travaillé chez : LazardGoldman SachsPerella Weinberg et BCG.
  • les clients institutionnels les plus sophistiqués de l'industrie font appel à nos services dont notamment : le MSTF et le SMIB de l'ESSEC, le Master 203 et 225 de Dauphine, et l'EMLYON pour la GE et le MIF + QF.

 

Mais tout ça n'a que peu de valeur à côté de la satisfaction de nos clients. 

Demandez à un candidat formé chez AlumnEye : aucun d'entre eux ne sort de formation sans avoir rempli son "formulaire de feedback anonyme". C'est obsessionnel et cela définit notre mission : notre objectif c'est votre réussite. AlumnEye n'existe qu'à travers la réussite de ses membres, qui deviennent à leur tour des contacts extrêmement utiles pour renseigner, dans quelques années, les nouveaux membres du Réseau.

Je laisse donc sereinement ci-après la parole aux membres du Réseau AlumnEye qui nous ont fait parvenir leurs témoignages depuis le début de cette campagne de diffamation. Vous trouverez également une vidéo de témoignages en fin d'article.
N'hésitez pas à ajouter votre commentaires en bas de cet article pour témoigner de votre expérience AlumnEye.

 

Bonne lecture, et à très vite en formation !
Michael Ohana

AlumnEye témoignage avis Alexis

AlumnEye témoignage avis Aurelie

AlumnEye témoignage avis Benjamin

AlumnEye témoignage avis Mickael

AlumnEye témoignage avis Faouzi

AlumnEye témoignage avis Gaston

AlumnEye témoignage avis Geoffroy

AlumnEye témoignage avis Julien

 

AlumnEye témoignage avis Louise

AlumnEye témoignage avis Matthieu

AlumnEye témoignage avis Maurice

AlumnEye témoignage avis Merwan

 

AlumnEye témoignage avis Mohamed

AlumnEye témoignage avis Thibauld

AlumnEye témoignage avis Tom

AlumnEye témoignage avis Ugo

AlumnEye témoignage avis Achille

http://www.youtube.com/watch?v=JzAOHtTAvvQ