Conseil en stratégie : au coeur d'une journée d'un consultant BCG / McKinsey / Bain

Une des questions classiques en entretien conseil en stratégie est de savoir quelles sont les tâches quotidiennes d’un consultant. Loin du cliché du consultant star qui prend l’avion avec son attaché case et ses chaussures cirées, nous avons voulu creuser cette question, pour vous, en demandant à un consultant junior du BCG de nous raconter comment se déroulait une journée classique pour un consultant en stratégie.

Attention, la réponse à cette question, si posée à un véritable consultant, sera toujours « il n’y a pas de journée type, mais si je devais te répondre…« 

AlumnEYe consultant en stratégie matin

7h30 : Le réveil sonne, je me suis couché tard hier et j’ai du mal à me lever. Mon premier geste : mettre fin au clignotement rouge de mon Blackberry en checkant mes mails.

 

9h00 : Arrivée au bureau. Je dis bonjour rapidement à mes collègues, je prends un café (heureusement que c’est à volonté) et je prépare le point avec mon PL (ndlr : Project Leader) à 9h30.

AlumnEYe house of lies voyage

9h30 : Point avec le PL. Il est sympa mais là il est sous pression, ce que j’ai fait ne lui convient pas tout à fait. Je dois reformatter et refaire une analyse pour le CTM (Case Team Meeting) de 12h avec toute l’équipe (un Associate – l’équivalent d’un Junior dans mon cabinet, un Senior Associate et un Consultant) et le Partner.

 

11h : Je décline la proposition de déjeuner entre co-bureaux et je pianote frénétiquement pour le CTM de 12h. Je n’ai pas encore intégré toutes les modifications et je ne trouve pas de données pour l’analyse.

Retrouvez une sélection des articles du blog BCG les plus consultés

11h50 : J’imprime le doc avec des stickers « en cours » sur les éléments manquants. Le format d’impression n’est pas le bon, je perds du temps, je vais être en retard.

 

    RECEVEZ GRATUITEMENT LES QUESTIONS D'ENTRETIEN DE CONSEIL EN STRATEGIE

*Votre email ne sera jamais communiqué à des tiers. En téléchargeant ce document, vous acceptez de recevoir des informations sur l'actualité d'AlumnEye.

 

 

12h : J’ai les docs, incomplets, mal imprimés, mais c’est là.

AlumnEYe consulant en stratégie travail

12h20 : Le Partner finit enfin son call sur un autre cas. Le CTM de 30 minutes durera 10 minutes finalement. Ma partie n’est pas passée en revue, le PL me dit en sortant qu’on la reverra ce soir ou demain matin en fonction de ce que j’aurais eu le temps de faire dans l’après-midi (comprendre, jusqu’à 21h-22h).

 Les 10 conseils pour réussir son entretien en Conseil en Stratégie

12h30 : Je sors, je vais m’acheter un sandwich parce que mes collègues ont déjà déjeuné. Je trouve des données pour mener une analyse, pas celle qui est demandée mais quelque chose qui s’en approche. Je reçois un mail du PL pour l’accompagner chez le client pour assister à des réunions auxquelles je ne devais pas assister initialement, mais il pense que ce sera bon pour mon développement.

house of lies golf

 

14h : Je prends le taxi avec mon PL. Il m’explique que dans une réunion il faut dire quelque chose assez vite sinon on ne peut plus parler après, cela devient mentalement trop difficile. Il travaille dans le taxi sur son ordinateur 13’’, je ne suis pas encore capable de le faire car ça me donne la nausée. J’en profite pour regarder défiler les immeubles.

 

18h : Je sors de chez le client avec le PL. Son plan est de convaincre chef d’équipe par chef d’équipe du bien fondé du projet pour faciliter l’implémentation : si la base est réticente, rien ne se produira. Il y a du travail alors il me dit qu’il faudra partir dans la campagne française et suisse, directement dans les usines, pour lancer l’implémentation du projet et en prouver le bien-fondé. Il me donne rendez-vous à 10h le demain pour le document du CTM, en me demandant d’ajouter une page sur le phasage des déplacements dans les « troupes ».

 

20h : Je commande un énorme plateau de sushis, mes collègues aussi sauf un qui prend un burger. On mange ensemble et on joue au ballon quelques instants dans le bureau avant de s’y remettre.

 

house of lies ballon

 

22h : J’ai fait ce que je pouvais ce soir, il me manquera un peu de formatting mais je pourrai le finir avant la réunion de demain. Je rentre en taxi, j’envoie un mail aux potes qui proposaient un verre à 19h30. Ils sont déjà rentrés, je regarderai donc quelques épisodes de ma série préférée avant de dormir ce soir, et de recommencer demain.

 

Ndlr : un consultant première année a le grade d’Associate au BCG, et le grade de Consultant chez McKinsey. Cela porte vite à confusion quand on comprend qu’un Consultant chez McKinsey passe Associate après 3 ans d’expérience…

 

Vous souhaitez vous former au métier du Conseil en Stratégie ? AlumnEye vous propose un coaching individuel avec un consultant pour préparer vos entretiens en conseil en stratégie.


L'entretien conseil en stratégie : les 5 étapes par un ex BCG

Les cabinets de conseil en stratégie font partie des recruteurs les plus sélectifs du monde. Deux chiffres l’illustrent :

  • Moins de 1% des postulants reçoivent une offre
  • Moins de 10% des candidats rappelés pour un 1er tour d’entretien auront finalement une offre

Pour faire le tri parmi les milliers de candidats, les cabinets de conseil en stratégie ont élaboré un exercice très standardisé : l’étude de cas. C’est sans doute l’exercice le plus complexe du processus de recrutement en conseil en stratégie. Toutefois, le processus de recrutement dans les meilleurs cabinets de Conseil en Stratégie ne s’y réduit pas et consiste en 5 étapes. Un ex-consultant du BCG vous les livre en exclusivité.

Vous souhaitez vous tester en conditions réelles ? Un document gratuit est téléchargeable à la fin de cet article pour vous permettre de vous tester sur une véritable étude de cas d’un cabinet de conseil en stratégie.

 

1. La sélection CV et Lettre de Motivation en Conseil en Stratégie

  • Pour passer cette étape, chaque cabinet de conseil en stratégie a ses « Target Schools », i.e. la liste des écoles de commerce et d’ingénieur qui correspondent aux profils recherchés par le cabinet. Pour des cabinets comme McKinsey, BCG et Bain, il est indispensable, au niveau junior, d’être issu d’une école Tier 1 : HEC, ESSEC, ESCP, Sciences Po, Polytechnique, Centrale, Mines, Ponts & Chaussées, Supelec, Telecom, et il n’est pas rare de voir les étudiants doubler leurs diplômes avec une dernière année de Master, en France ou à l’étranger (Oxbridge ou universités américaines Ivy League ou affiliées).
    D’autres cabinets sont plus flexibles sur les écoles cibles.
    Point important : ceci n’est vrai qu’au niveau junior, c’est à dire à la sortie de l’école. Les considérations d’écoles deviennent moins importantes dès qu’un candidat a 2 ou 3 années d’expérience professionnelle.
  • Le CV du candidat doit être taillé pour le conseil en stratégie, c’est-à-dire présenter vos expériences académiques, professionnelles et extra-scolaires dans la perspective de démarrer une carrière en conseil en stratégie.
  • La lettre de motivation en conseil en stratégie doit exposer vos motivations pour le métier, montrer que vous savez en quoi il consiste concrètement et que vous connaissez le cabinet de conseil en stratégie pour lequel vous postulez de manière spécifique : culture d’entreprise, organisation, évolutions, spécialité métier/secteur.
  • Passer cette étape ne rapporte pas de « points » : une fois que vous obtenez un entretien, rien n’est gagné, il faudra faire vos preuves. Moins de 10% des candidats décrochant ce premier tour auront une offre.

 

AlumnEye filtrage cv

 

2. Filtrage par test informatique

  • Il s’agit de vérifier vos capacités analytiques : résolution de problème, analyses mathématiques, calculs de base, analyse de graphes, esprit géométrique, rigueur analytique, extraction d’information…

Un article est en préparation sur les tests informatiques posés par les cabinets de conseil en stratégie les plus sélectifs.

 

3. Premier tour d’entretiens en Conseil en Stratégie

AlumnEye entretien en conseil de stratégie

 

  • Cela consiste en 2 entretiens au cours desquelles vous passez 2 types de tests, le premier ouvrant l’entretien et l’autre le clôturant. L’interviewer est un chef de projet (project leader ou PL dans le jargon BCG) ou un consultant senior.
  • Test des qualités interpersonnelles (environ 15’), aussi appelé le « fit » : il s’agit de questions informelles sur votre CV, votre expérience, ce que vous aimez, etc. Ces questions ont l’air anodines mais doivent être très préparées. Tout au long de l’entretien vous êtes testé sur vos capacités de communication verbales et non verbales.
  • Test des capacités analytiques via l’étude de cas (environ 45’) : la fameuse étude de cas, aussi appelé case cracking est le point crucial du processus de recrutement. Un problème business à résoudre vous est posé, et sa résolution requiert une préparation intensive à l’étude de cas. Le cas est souvent dévié d’un cas réel auquel votre interviewer a participé dans son cabinet de conseil en stratégie.
  • Des guesstimates ou market sizing, consistant en des questions d’estimation de taille de marché sans données. A titre d’exemple : combien y-a-t-il d’accordeurs de piano à Paris ? Ces questions de market sizing sont souvent intégrées à l’étude de cas.
  • Certains cabinets posent également aux candidats des brain teasers, sorte de petites énigmes logiques. Par exemple : pourquoi les bouches d’égout sont rondes ?
  • L’interviewer peut demander de passer de l’anglais au français, et éventuellement dans une autre langue mentionnée dans votre CV.

Découvrez notre article dédié aux outils de l’Entretien de Conseil en Stratégie ou celui spécialement dédié aux Brain Teasers

 

4. Deuxième tour d’entretiens en Conseil en Stratégie

  • Il consiste en 2 entretiens, qui peuvent être similaires au tour précédent, ou comporter une ou plusieurs des variations suivantes. Votre interviewer est un PL ou un Principal (grade entre PL et Partner).
  • Data dumping (cette épreuve n’est pas systématique pour un stagiaire mais l’est souvent pour une embauche) : un dossier très volumineux vous est confié afin de répondre à une ou plusieurs questions dans un temps court (1h ou 2h). Vous devez avoir une stratégie pour ne pas vous noyer sous les données et perdre un temps précieux, la clef étant de ne pas paniquer.
  • Slide writing : on vous demande de présenter vos conclusions sous forme de slides. A nouveau cela ne s’improvise pas, on attend des slides extrêmement bien  formatées, propres, lisibles avec un message clair.
  • Entretien de groupe (ce type d’entretien devient très rare) : Plusieurs candidats doivent travailler ensemble à la résolution d’un cas. Cela teste vos capacités de team player et votre réaction en groupe sous pression.

 AlumnEye teamwork

 

5. Troisième tour d’entretiens en Conseil en Stratégie

  • Il consiste en 2 entretiens. Vos interviewers seront 2 partners ou un principal + un partner. Celui-ci est en charge du recrutement et aura le dernier mot sur votre recrutement.
  • Il se déroule comme les entretiens du premier tour. De manière générale, souvenez-vous que l’interviewer se demande « Est-ce que j’aimerais travailler avec lui/elle ? ». C’est encore plus vrai du dernier tour où le partner a la décision finale, il va être très attentif à vos qualités interpersonnelles car il sait que si vous êtes là, vous avez passé les tours précédents avec succès, validant ainsi vos capacités analytiques.

 

Il faut travailler chaque étape de ce processus afin de ne pas être déstabilisé, et de montrer que vous êtes préparé à toute situation. Les entretiens ne finissent jamais, tant que vous êtes dans l’entreprise vous êtes observé et notamment en fin d’entretien. Les petites questions finales ou celles que vous demande de poser votre interviewer sur son métier, son entreprise, sont à préparer également.

Vous pouvez vous tester vous-même sur une étude de cas mise à disposition gratuitement par AlumnEye ci-dessous. Vous y découvrirez à la fin des conseils de préparation de ceux qui sont rentrés dans les plus grands cabinets. A nouveau, ne négligez aucune étape : le cas est le plus stressant et le plus impressionnant, toutefois il serait dommage de se faire recaler sur une autre étape par manque de préparation !

    RECEVEZ GRATUITEMENT UNE ETUDE DE CAS CORRIGÉE

*Votre email ne sera jamais communiqué à des tiers. En téléchargeant ce document, vous acceptez de recevoir des informations sur l'actualité d'AlumnEye.

 

Pour vous préparer aux entretiens en Conseil en Stratégie, découvrez l’Intensive Track AlumnEye !


Avant son entretien BCG : un peu de lecture pour les 50 ans du cabinet de conseil en stratégie

A  lire avant son entretien au BCG

A l’occasion des 50 ans du cabinet, le BCG vient de publier un document qui sera très utile aux étudiants préparant actuellement leurs entretiens en Conseil en Stratégie.

Dans cet ebook intitulé « Changing the Game« , retrouvez gratuitement les publications du blog BCG les plus consultées. Pour parfaire votre culture générale business, consultez dès maintenant cet e-book disponible sur le site internet du BCG.

 

C’est pour nous l’occasion de revenir sur quelques éléments du Boston Consulting Group, une des marques les plus fortes mondialement parmi les cabinets de Conseil en Stratégie.

 

Un des meilleurs cabinets de Conseil en Stratégie au monde

Créé en 1963 aux Etats-Unis, le Boston Consulting Group est l’un des trois premiers cabinets internationaux de conseil en management et un des leaders mondiaux du conseil en stratégie d’entreprise. Le BCG est présent dans 43 pays avec plus de 75 bureaux. Mondialement, le Boston Consulting Group emploie plus de 4800 consultants provenant d’horizons très variés. De nombreux clients sont parmi les 500 plus grandes entreprises mondiales, mais le Boston Consulting Group travaille aussi avec des entreprises de taille moyenne, des organisations non-gouvernementales et des administrations. La stratégie du BCG est de développer des relations de partenariat de long-terme avec leurs clients.

Depuis son ouverture en 1973, le bureau de Paris connait une forte croissance ce qui en fait aujourd’hui le bureau le plus important du réseau mondial. Fin 2013, près de 350 consultants issus d’horizons variés travaillent ensemble. Il a participé à la création des bureaux de Milan, Bruxelles et de l’Europe de l’Est. Il aide actuellement au développement des bureaux d’Afrique du Nord.

Le Boston Consulting Group est à l’origine d’idées et de concepts fondamentaux tels que la Time-Based Competition, la matrice croissance/part de marché, la courbe d’expérience et la Capabilities-Based Competition, concepts faisant aujourd’hui partie intégrante du langage des affaires.

AlumnEye prépare aux entretiens aux meilleurs cabinets de Conseil en Stratégie grâce à consultants en stratégie des meilleurs cabinets et une pédagogie ainsi que des polycopiés de formation uniques. Si vous êtes intéressés, découvrez nos offres de préparation aux entretiens en Conseil en Stratégie.

LA4  Lire aussi : Une journée dans la peau d’un consultant BCG / McKinsey / Bain

 


Les Outils de l'Entretien en Conseil en Stratégie

Si le case interview est une partie essentielle de l’entretien de Conseil en Stratégie, ce n’est pas la seule épreuve qu’il vous faudra passer et sur laquelle il vous faut vous préparer avant de décrocher un stage, une césure, un apprentissage ou un emploi en Conseil en Stratégie. AlumnEye vous présente les autres conseils indispensables pour réussir ces entretiens.

Guesstimates : pas de panique 

guesstimatePour les guesstimates, la règle essentielle est de prendre son temps pour poser le problème de manière analytique. Il ne s’agit pas d’un exercice où l’on attend de vous un résultat exact. C’est votre capacité de réflexion à haute voix qui est testée. Les guesstimates peuvent être déstabilisants à première vue, mais ce ne sont pas des questions difficiles lorsque l’on a compris la logique de l’exercice. Elles permettent au recruteur d’appréhender votre capacité d’analyse, certes, mais également et votre capacité de résistance au stress, votre calme, et votre façon de réfléchir à haute voix.

Concrètement, les guesstimates sont des estimations de taille qui ressemblent à des devinettes. Par exemple, on pourra vous demander la taille du marché du skateboard au Brésil, où la quantité de litres de bière vendus dans le Val d’Oise… Pour répondre correctement à ces questions, il faut évaluer de manière raisonnable et cohérente, la taille du marché évalué. Pour éviter de paniquer face à ce type de question, dites vous d’abord qu’on n’attend pas de vous une réponse précise et chiffrée inventée. Prenez donc votre temps et posez bien le problème avant d’y répondre par étapes successives construites et cohérentes.

Prenons donc un exemple pour illustrer cet exercice : « Combien d’entreprises en France sont dirigées par des femmes ? ». Deux possibilités pour répondre à cette question : une approche top/down ou bottom/up comme on dit dans le jargon de consultant. L’approche top down consisterait à regarder : le nombre d’entreprises en France x la proportion d’entreprises dirigées par des femmes. L’approche bottom-up regarde combien d’entreprises sont dirigées par des femmes à l’échelle d’une ville ou un département sur lesquels on a davantage d’informations, puis on extrapole au niveau national.

Le recruteur peut vous donner des pistes, mais il vous faudra aussi parfois poser vos propres hypothèses.

 

Dans la pratique 

Voici quelques exemples :

  • Combien de mètres carrés de pizza sont mangés chaque année en région parisienne ?
  • À votre avis, combien pèse un Boeing 747 ?
  • Combien y-a-t-il d’arbres dans votre ville ?
  • Combien y a-t-il de Starbucks sur l’île de Manhattan ?

Pour répondre avec pertinence aux guesstimates, il vaut mieux s’être préparé au calcul mental, car le candidat peut rapidement avoir à faire des calculs simples.

LA4   Lire aussi : Pourquoi le conseil en stratégie ? Les 5 raisons qui en font la voie royale

 

Les Brainteasers

Brainstorming

Les brainteasers sont des énigmes que l’on peut vous poser en entretien en Finance mais aussi en Conseil en Stratégie. Il faut connaître les plus classiques de manière à avoir les réflexes pour faire face à n’importe quel brainteaser. Ce qui est testé lors d’un brainteasers, c’est votre capacité à ne pas céder à votre intuition première. Souvent, la première réponse qui vous vient à l’esprit est fausse, ou elle n’est pas la réponse optimale. Il faut donc avancer à haute voix, pas à pas, avec l’interviewer. Poser le problème sur une feuille, et le représenter à l’aide d’un schéma ou bien d’une formule mathématique peut être grandement utile.

Exemple :

  • Quel est le degré de l’angle formé par les deux aiguilles d’une montre indiquant 15h15 ? (indice : ça n’est pas 0!)
  • Vous avez un récipient de 3 litres, et un de 5 litres, comment faites-vous pour obtenir exactement 4 litres dans l’un de ces récipients ?

Entraînez-vous, vous en trouverez en ligne, dans certains guides tels que le Vault, ou bien en suivant une formation AlumnEye où nous vous fournirons une liste complète à travailler.

 

    RECEVEZ GRATUITEMENT LES QUESTIONS D'ENTRETIEN DE CONSEIL EN STRATEGIE

*Votre email ne sera jamais communiqué à des tiers. En téléchargeant ce document, vous acceptez de recevoir des informations sur l'actualité d'AlumnEye.

 

 

Les Frameworks pour les case interviews

BrainteaserLes frameworks sont des outils qui doivent vous aider dans votre résolution des cas. Attention tout de même aux frameworks, ne vous cantonnez pas à un système de pensée appris en cours, il peut ne pas correspondre au cas que vous avez entre les mains de votre esprit. Soyez attentifs aux indices de l’interviewer, qui cherchera parfois à vous faire « dérailler » du framework classique. Oubliez la recherche de « la bonne réponse », et tendez les perches qu’on vous tend !

Avec la préparation et l’habitude, vous développerez vos méthodes propres la résolution de l’étude de cas. Cependant pour vous aider, il existe des modèles pour vous aider à structurer votre pensée : ils sont un bon point de départ, mais attention à ne pas devenir myope pour autant. Faire preuve de créativité tout en restant structuré vous différenciera et plaira aux recruteurs. Un conseil sur la forme : faites attention à ne pas dire lors de l’entretien « je vais utiliser la méthode du marketing mix ». Ces schémas doivent s’appliquer naturellement, et ne pas venir comme plaqués sur le case. Pour arriver à une bonne maîtrise de la méthode du case interview, il est indispensable de s’entraîner en binôme avec un interlocuteur qui maîtrise l’exercice, en utilisant des cas réels d’entretien.

Une préparation individuelle est nécessaire, en amont des études de cas en binôme, pour mettre pleinement à profit le temps passé avec votre binôme sur les études de cas. Voici  les différents outils qui vous aideront lors de la résolution d’un cas. Ces outils doivent être travaillés à l’aide de cas fictifs d’entraînement afin de bien les intégrer. Ils ne vous servent pas à répondre « systématiquement » à « tous les cas », ils doivent être un moyen pour le candidat de ne pas passer à côté d’une dimension majeure du problème.

Les 3C
  • Company (internal operations & strategy)
  • Customer (customers & external demands for the product)
  • Competition (in existing and new markets)
Les 4P
  • Product
  • Price
  • Promotion (advertising, PR, sales promotion, etc.)
  • Place (distribution)
Cost vs Benefit
Fixed vs Variable costs

Les coûts fixes sont les coûts d’une entreprises qui sont indépendants de la quantité produite ou du niveau d’activité. A l’inverse, les coûts variables augmentent ou diminuent en fonction du niveau de production de l’entreprise. Il existe des coûts irrécupérables encore appelés « sunk costs » : ils ne sont pas pertinents dans cette analyse. Il faut également prendre en compte les coûts d’opportunité liés à une prise de décision.

Internal vs External

McKinsey 7 S’s model
  • Strategy
  • Structure
  • Staffing
  • Style
  • Skills
  • Systems
  • Shared value

 

 

L’Analyse SWOT
  • Strengths
  • Weaknesses
  • Opportunities
  • Threats (environnement de l’entreprise)

 

 

 

LA4  Lire aussi : Test BCG & McKinsey PST : comment préparer les tests en ligne du conseil en stratégie ?

 

Quelques ressources pour votre préparation :

Plus d’articles à venir sur le Conseil en Stratégie. Intéressé par une formation AlumnEye par des consultants des cabinets de conseil en stratégie les plus sélectifs ? Contactez-nous dès maintenant.


Brain Teaser et Market Sizing en Finance et Conseil

AlumnEye Brain Teaser De plus en plus d’entreprises ont recours à des brain teasers lors de leurs entretiens de recrutement. Ces courts problèmes avec des questions pièges ou des énigmes parfois incompréhensibles nécessitent souvent du market sizing, un peu de calcul mental et surtout beaucoup de sang-froid.

Si les cabinets de conseil en stratégie sont connus pour leur utilisation quasi systématique des brain teasers, de plus en plus de banques y ont également recours, comme JP Morgan ou Morgan Stanley, ainsi que des entreprises comme IBM ou Microsoft.

Google, autrefois réputé pour ses brain teasers quasiment impossible à résoudre, les aurait apparemment bannis de leur processus de recrutement puisque, selon Laszlo Bock, Senior VP of People Operations, ils considèrent que ces brain teasers sont en fait une « véritable perte de temps ». Ils déclarent accorder plus d’importance aujourd’hui aux questions qui concernent l’expérience passée du candidat, particulièrement les questions de type « tell me about a time… » : parlez-moi d’une fois où vous avez fait preuve de leadership, où vous avez réussi à surmonter un obstacle, où vous avez été convaincant, etc. Ces questions sont également très fréquentes dans le monde de la finance et du conseil en stratégie, mais les brain teasers restent souvent l’étape la plus appréhendée par les candidats.

A quoi ressemblent ces brain teasers ? Comment aborder un problème de market-sizing ? Voici quelques exemples qui ont vraiment été posés lors d’entretiens à Londres ou à New York qui peuvent être applicables à Paris, ainsi que des pistes pour vous aider à y répondre :

 

Combien y a-t-il de balles de golf fabriquées aux Etats-Unis par an ?

AlumnEye brainteaser Cet exemple de market sizing, comme pour la plupart de ce genre de brain teaser, nécessite que l’on parte de chiffres connus, notamment la population américaine. Si vous ne connaissez pas les chiffres exacts, il va falloir deviner un chiffre qui vous paraît probable, une sorte de guesstimation ou une « estimation devinée ».

Commencez par poser des présupposés qui simplifient les calculs : on suppose que toutes les balles de golf utilisées aux Etats-Unis sont fabriquées aux Etats-Unis au cours de l’année.

Donnez une estimation pour :

  • la population américaine, environ 300 millions de personnes
  • le pourcentage de la population qui joue au golf : on va dire que seules les personnes âgées de 20 à 70 ans peuvent jouer au golf, donc si la population est répartie uniformément entre 0 et 80 ans, cela représente 5/8 de 300 millions, soit environ 190 millions que l’on va arrondir à 200 millions puisque certaines personnes notamment les débutants nécessitent bien plus de balles de golf (et cela simplifie le calcul mental). Or, on estime qu’environ 4 personnes sur 10 jouent au golf aux Etats-Unis (estimation basée sur votre expérience personnelle), soit 4/10 de 200 millions, cela nous fait 80 millions de personnes qui achètent des balles de golf
  • la demande annuelle de balles de golf : raisonnons d’abord en terme de demande mensuelle. Les balles de golf sont généralement vendues en pack de 3. Disons que le joueur de golf moyen achète 3 balles par mois, soit 36 par ans. Avec 80 millions de joueurs cela nous fait donc 2 880 millions de balles de golf

Vous pouvez arrondir à 3 milliards pour faciliter les calculs. Attention, ce n’est pas terminé. Il reste souvent des ajustements à faire, en prenant en compte différents facteurs. Par exemple, aux Etats-Unis, dans la plupart des états, on ne peut pas jouer sur les terrains de golf l’hiver à cause de la neige ou du froid, sans compter les jours de pluie qui découragent la plupart des joueurs.

On suppose que la période praticable représente environ 8 mois sur 12, soit les 2/3 de l’année. Ainsi, on multiplie 3 milliards par 2/3, ce qui nous donne 2 milliards de balles de golf.

Comme vous pouvez le voir, il y a beaucoup d’estimations qui peuvent parfois être assez différentes de la réalité. L’important ce n’est pas la réponse que vous donnerez à la fin mais votre processus de réflexion, votre logique, votre aptitude à structurer votre raisonnement et à garder votre sang-froid.

LA4  Lire aussi : Une journée avec un consultant BCG/McKinsey/Bain

    ENTRETIEN EN FINANCE : PRÉPARE LES BRAINTEASERS

Découvre gratuitement les Brainteasers posés en entretien avec les réponses détaillées par un pro de la finance.

 

Quel est le chiffre d’affaires annuel du Starbucks situé à Times Square ?

Cette question a été posée lors d’entretiens pour un Summer chez Morgan Stanley en mars 2013. Pour ce genre de question, il faut à nouveau raisonner de façon logique, en justifiant chaque élément de notre réponse :

  • on part du montant moyen d’une commande chez Starbucks
  • on le multiplie par le nombre moyen de clients par heure
  • on multiplie ce chiffre par 24 puis par 365 (le Starbucks de Times Square est ouvert 24 heures sur 24)

Comme pour toutes vos questions nécessitant du market-sizing, n’oubliez pas de bien justifier vos estimations et utilisez des chiffres ronds pour éviter les erreurs de calcul et pour effectuer vos calculs plus rapidement.

Il s’avère que le chiffre d’affaires moyen d’un Starbucks aux Etats-Unis est d’environ un millions de dollars. Sachant que le Starbucks de Times Squares est un des plus fréquentés, on suppose qu’il doit faire au moins deux fois plus de ventes.

 

Un scientifique dépose une bactérie dans une boîte de Petri à midi pile. A chaque minute, la bactérie se divise en deux. A exactement 13h, la boîte de Petri est pleine. A quelle heure la boîte de Petri était-elle à moitié pleine ?

AlumnEye brainteaserIci, nous abordons un autre type de brain teaser qui ne demande pas de market-sizing mais uniquement un raisonnement logique.

Ce problème est un parfait exemple de cas où il est important de bien comprendre le sujet avant de se lancer dans de grands calculs de puissances ou d’exponentiels.

Ne compliquez pas l’énoncé, et réfléchissez calmement : si la bactérie double à chaque minute, et que la boîte de Petri est pleine à 13h, alors elle était à moitié pleine une minute auparavant, c’est-à-dire à 12h59.

 LA4  Lire aussi : Les 5 cinq étapes de l’entretien de conseil en stratégie par un ex BCG

 

Quelle est la probabilité que 5 personnes, tous d’un âge différent, soient assis dans l’ordre croissant selon leur âge, autour d’une table ronde ?

Cette question-ci nécessite des calculs avec les probabilités. Elle a été posée lors d’un entretien pour un poste en Trading, en mars 2013.

Il y a 5 personnes. Si nous les nommons 1, 2, 3, 4 et 5, 1 étant le plus jeune et 5 étant le plus vieux, il y a 5 dispositions qui leur permettent de s’asseoir dans l’ordre croissant autour de la table : 1-2-3-4-5, 2-3-4-5-1, 3-4-5-1-2 et ainsi de suite.

Or, il y a 5 x 4 x 3 x 2 x 1 différentes façons pour eux de s’asseoir autour de la table ronde. Ainsi, on divise 5 par 120 (5 x 4 x 3 x 2 x 1) et on obtient une probabilité de 1/24.

 

Il est 15h15. Quel est l’angle exact entre la petite et la grande aiguille ?

AlumnEye brainteaserCette question tombe fréquemment lors des entretiens de recrutement, même en France. La grande erreur est de répondre « zéro » en ayant à peine pris le temps de réfléchir. Si cela peut vous aider, représentez-vous un cadran sur un brouillon ou jetez un coup d’œil à votre montre si vous avez un doute.

Réfléchissez ensuite de façon structurée : un cadran est divisé en 12 « heures ». Ainsi, le degré entre chaque « heure » est de 360/12 soit 30 degrés. Lorsque la grande aiguille a fait un quart du cadran, la petite aiguille a fait un quart de 30 degrés, soit 7.5 degrés.

 

 

Comment préparer Brain Teaser et Market Sizing ?

En fin de compte, le brain teaser et le market sizing qui sont utilisés lors des entretiens en banques ou en cabinet de conseil sont souvent les mêmes. Effectivement, certains exemples « classiques » sont très souvent repris par les recruteurs d’une année à l’autre. Il est donc possible de se préparer à cet exercice à part entière, notamment lors des formations AlumnEye où une partie est dédiée aux exercices suivants : calcul mental, brain teaser, market sizing.

Ces questions peuvent vous impressionner ou vous faire paniquer. Souvenez-vous que le plus important n’est pas votre réponse finale, mais votre démarche intellectuelle et votre raisonnement. Justifiez bien vos estimations, choisissez des nombres ronds pour vous faciliter les calculs et ne vous précipitez jamais dans votre réponse. N’hésitez pas à reformuler le problème pour être sûr d’avoir bien compris et ne partez pas sur une fausse piste par peur de manque de temps. Et surtout, restez calme et souriant, car c’est également votre personnalité qui sera testée au cours du brain teaser !

LA4  Lire aussi : Les outils de l’entretien en conseil en stratégie

 

Pour ceux qui souhaitent être accompagnés dans leurs processus de recrutement, AlumnEye vous propose un coaching individuel avec un consultant pour préparer vos entretiens en conseil en stratégie.


Entretien en Conseil en Stratégie : 10 Conseils

10 Conseils pour réussir son entretien en Cabinet de Conseil en Stratégie 

Conseil en Stratégie AlumnEye

 AlumnEye prépare les candidats aux entretiens en Conseil en Stratégie. Qu’il s’agisse de profils juniors ou expérimentés, AlumnEye propose des formations uniques avec pour unique objectif l’efficacité en entretien. Si vous souhaitez intégrer un cabinet de Conseil en Stratégie, l’offre AlumnEye a été conçue pour vous. En ligne de mire, les cabinets les plus prestigieux : McKinsey, BCG, Bain, Roland Berger, Booz, Oliver Wyman, LEK, OC&C,  Estin, Arthur D. Little, Advancy, Accenture, Mars, …

 

Les cabinets de Conseil en Stratégie ont mis en place un véritable standard pour leurs entretiens d’embauche, en CDI comme en stage : le case interview. Cet entretien consiste en un cas de stratégie à résoudre à l’oral, en face à face avec l’interviewer et sans préparation.

Conseil en Stratégie AlumnEyeUn cas de stratégie posé en entretien doit être compris comme une analyse interactive de la problématique d’une entreprise. Le but de cet exercice est d’identifier si le candidat sait analyser une situation, raisonner, mais aussi écouter et prendre en compte les éléments nouveaux au fur et à mesure de l’entretien. C’est également un moyen pour l’interviewer de jauger un candidat sur son attitude, sa curiosité, son sens business et sa personnalité. Les attentes des recruteurs sont simples : un processus de réflexion à la fois analytique, structuré, authentique et créatif.  L’interviewer est moins attentif aux réponses qu’au processus de réflexion qui y mène. C’est la capacité d’analyse du candidat qui est testée, sa capacité à raisonner avec un nombre limité d’informations. La bonne méthode de résolution consiste, face à un énoncé souvent bref, à poser les hypothèses nécessaires, interroger l’interviewer pour les valider, puis avancer dans le problème tout en le structurant. Le bon candidat n’hésite pas à évoquer différentes pistes d’analyse pour en choisir une et écarter les autres.

La structure de résolution du cas doit être le fruit d’une préparation minutieuse. Il est indispensable pour le candidat de se préparer à l’exercice du case interview. Cette préparation de longue haleine permet, le jour J, de structurer le cas rapidement, d’identifier les problématiques de l’entreprise et d’avancer de manière structurée. Cette préparation est indispensable, c’est un préalable nécessaire pour prétendre à un poste en Cabinet de Conseil en Stratégie.

Les business case se déclinent en plusieurs grandes familles : introduction d’un nouveau produit sur un marché, ou d’un produit existant sur un nouveau marché, chute des profits, volonté de réduction des coûts, ou installation d’un nouvel établissement, ambition de croissance externe (M&A), ou stratégie à adopter face à la concurrence. Chacune de ses familles suit un schéma d’analyse différent, il faut avoir en avoir couvert le plus grand nombre possible avant le jour J.

LA4  Lire aussi : Pourquoi le conseil en stratégie ? Les 5 raisons qui en font la voie royale

 

Dans un contexte de recrutement ultra-sélectif, nous avons identifié les 10 conseils indispensables à la réussite de vos entretiens.

1 – Arriver en de bonnes conditions : 

Pensez à vous munir du matériel nécessaire (stylo, crayon, bloc-notes, calculatrice, montre et papier). Venez reposé, plein d’énergie et avec une copie imprimée de votre CV au cas où votre interviewer n’en aurait pas. Il est évident que vous devez arriver en ayant assuré votre préparation aux case interviews.

Conseil en Stratégie AlumnEye

2 – Poser des questions pour avancer : 

Cherchez à obtenir davantage d’informations, n’hésitez pas à poser des questions pour avancer. Faites de ces questions une conversation (pour n’être pas le seul à parler). L’objectif de ces questions est de bien comprendre la chaîne de valeur de l’entreprise et de l’industrie dans laquelle l’entreprise évolue.

3 – Ecouter les indices :

Au cours de l’entretien, il est souvent difficile de prêter attention aux remarques de l’interviewer. La pression de l’entretien ne doit pas vous faire oublier que l’interviewer est là pour guider votre analyse : ses indices sont donc précieux et vous devez absolument y prêter attention. Ignorer ces indications aura deux conséquences négatives : vous tromper de problématique et irriter l’interviewer. Ces indices peuvent également être non-verbaux ou paraverbaux : maintenez un eye contact permanent avec votre interviewer pour ne pas passer à côté.

4 – Prendre le temps :

 Après la prise de notes au moment de la présentation du cas par l’interviewer, prenez quelques minutes afin d’organiser votre pensée avant de commencer à analyser le cas. Ne vous précipitez pas sur la résolution. Analysez l’information, même si vous êtes persuadé d’avoir déjà traité un cas similaire auparavant.

Conseil en Stratégie AlumnEye

5 – Ne pas plaquer un framework :

Attention ! Certains cas vous sembleront très familiers, «  classiques ». Méfiez-vous de la facilité. Il est tout à fait possible que l’interviewer vous teste sur un cas très classique, mais il aura souvent une variante au fil du cas qui vous fera « sortir » de votre framework. S’il est nécessaire de maîtriser les différents framework, il est indispensable d’être flexible tout au long du cas et de s’adapter sans cesse aux nouvelles informations données par l’interviewer. La capacité à innover au sein d’une analyse structurée sera vivement appréciée, c’est le fameux « thinking out of the box ».

 

    RECEVEZ GRATUITEMENT LES QUESTIONS D'ENTRETIEN DE CONSEIL EN STRATEGIE

*Votre email ne sera jamais communiqué à des tiers. En téléchargeant ce document, vous acceptez de recevoir des informations sur l'actualité d'AlumnEye.

 

 

6 – Structurer sa pensée à l’écrit :

Prenez des notes lisibles et encadrez vos conclusions intermédiaires. Ces conseils auront deux conséquences bénéfiques : vous démontrez que votre démarche est structurée et cette clarté vous permettra de formuler une conclusion rapidement en fin de cas en reprenant vos conclusions intermédiaires. De plus, si vous êtes perdu, ces notes vous permettront de reprendre le fil de votre analyse en vous appuyant sur les premiers résultats établis.

7 – Gérer son temps : 

Votre réponse ne doit pas se perdre en points de détails, l’important est de ne pas perdre l’attention du recruteur. La bonne attitude est de proposer à l’interviewer de développer tel ou tel aspect de votre analyse, avant de vous lancer à corps perdu dans un hors-sujet. Gardez un œil sur votre montre pour vous laisser le temps de conclure.

Conseil en Stratégie AlumnEye

8 – Être numérique et graphique : 

Ajoutez des chiffres à votre analyse, et prouvez ainsi vos capacités de raisonnement quantitatif et de calcul mental. Posez des hypothèses numériques qui vous simplifieront la vie. Utilisez 20% au lieu de 22%. Posez vos calculs pour être sûr de vos chiffres. De même, si vous en avez l’occasion, n’hésitez pas à être graphique (tableau, schéma, graphique), un beau dessin valant mieux qu’un long discours. Une illustration graphique vous permettra de gagner de temps lors de la synthèse.

9 – Résumer le cas à chaque étape :

A chaque « grande avancée » ou « grand blocage », prenez du recul pour résumer la situation. A la fin du cas, avant de présenter votre conclusion, relisez vos notes et vos conclusions intermédiaires. Déroulez votre raisonnement puis formulez vos recommandations.

10 – Être positif : 

Adoptez une attitude positive, et prouvez votre envie. L’interviewer, s’il tente de vous désarçonner, appréciera un candidat qui reste affirmatif et positif. Ne vous braquez pas. Le Conseil en Stratégie est un métier de clientèle : l’aptitude ultime est donc celle à engager un dialogue intéressant et positif avec votre interlocuteur.

 

Conseil en Stratégie AlumnEye

BONUS – Être sympathique :

Le piège classique en entretien consiste à oublier que votre interviewer choisit avant tout son prochain collègue. Vous devez donc, à travers l’entretien, démontrer vos soft skills : maturité, réflexion et structure, certes, mais aussi humour, curiosité, leadership et créativité.

 

 

LA4  Lire aussi : Les 5 étapes de l’entretien de conseil en stratégie par un ex BCG

 

Pour aller plus loin :

–       Case in Point, de Marc Cosentino : s’entrainer à plusieurs est idéal après une phase indispensable de préparation individuelle.

–       Séminaire AlumnEye Conseil en Stratégie : une préparation intensive avec des consultants des cabinets Tier 1.

Moins de 1% des postulants décrochent une offre dans les meilleurs cabinets de Conseil en Stratégie. Une préparation est indispensable pour avoir une chance de passer les étapes successives du processus de recrutement. Les points clés de la préparation AlumnEye ? Un véritable consultant Tier 1 maîtrisant tous les trucs et astuces de l’entretien est l’interlocuteur le mieux placé pour vous accompagner dans votre préparation. En plus, vous accédez à tous les comptes-rendus d’entretiens. Calcul mental, case cracking, market sizing, mais aussi préparation au fit et au slide writing, autant d’épreuves techniques qui font le tri pour garder que les candidats ayant suivi une préparation solide ! N’hésitez plus, vous n’avez qu’une chance pour faire la différence, découvrez nos offres en Conseil en Stratégie.