Du Summer Internship au Graduate : décrocher son offre d’emploi à l’issue d’un Summer

 

Le Summer Internship représente l’El Dorado des stagiaires en finance. Ce programme qui fait rêver des promotions entières d’étudiants en finance débute fin juin et s’achève fin août. Les étudiants sont mis en conditions réelles, à Londres, entre formations, rotations sur différents desks, évènements de networking et vie nocturne. L’enjeu est de découvrir tous les aspects de la vie d’un junior en banque : les différents métiers et produits de la banque, mais aussi la culture spécifique à chaque banque et la charge de travail propre à chaque métier.

Une fois l’enfer des processus de recrutement passé, l’angoisse des entretiens laisse rapidement place à une obsession : décrocher son offre d’embauche à l’issue du Summer. Les premières interrogations émergent : Quel pourcentage de la promotion sera retenu ? Quelles sont les équipes qui recrutent ? Comment faire pour sortir du lot ? Y a-t-il des quotas d’offres pour les étudiants français ? Sommes-nous tous concurrents ? Comment se faire remarquer auprès des autres équipes ?

Pour ne pas passer à côté de son Summer, nous sommes allés récolter quelques conseil auprès d’Analystes des institutions financières les plus prestigieuses.

 

La voie royale vers l’embauche

Que ce soit en Investment Banking, en Sales & Trading, ou en Operations, votre Summer Internship n’est pas un stage ordinaire. Contrairement aux stages de césure en France, il s’agit d’un programme spécifiquement dédié à l’embauche des futurs collaborateurs de la banque. L’enjeu est donc de taille : il s’agit d’une opportunité unique de décrocher un Graduate Program. Et c’est d’autant plus vrai que les opportunités de Graduate hors Summer sont très réduites en ce moment. Il s’agit donc de ne pas rater le coche et de transformer l’essai.

Les offres d’embauche en Graduate sont généralement faites dès la fin du programme. Certaines banques attendent quelques semaines avant de rendre les réponses finales. Point important : la plupart du temps, les postes proposés ne débuteront qu’en juillet de l’année suivante. Toutefois, face au nombre important de candidats en fin d’études, il n’est pas rare de voir les banques avancer les dates d’embauche à janvier de l’année suivante. C’est ce qu’on appelle un “early start”.

LA4  Lire aussi :Conseil si vous n’avez pas décroché de Summer Internship ou d’Offcycle

 

Sortir du lot

Ces 10 semaines sont un véritable marathon où les Summer Analysts sont sans cesse évalués. Il s’agit pour le Summer Intern de se distinguer de ses camarades de promotion afin de décrocher son offre de full-time. En effet, tous ne seront pas embauchés et les fameux taux de conversion de Summer en Graduate varient entre 50 et 70% d’une promotion de Summer Analysts. Ces taux varient en fonction des banques et des divisions (ex: equity vs fixed-income).

Le stagiaire fait donc l’objet d’une évaluation constante. L’ensemble des équipes parmi lesquelles il effectue ses rotations donneront leur avis sur son travail, son attitude et sa capacité à s’intégrer au sein des équipes. Une part importante de la mission de stagiaire est de toujours surpasser les attentes des équipes.

Voici quelques conseils concrets pour mettre toutes vos chances de votre côté :

 

  • Surcommuniquez avec vos équipes. Vous allez être sollicité de toute part, et vous vous retrouverez très vite débordés. Tenez vos équipes au courant de vos autres projets en cours. Vous êtes staffé par une équipe sur un live deal et on vient vous solliciter pour un pitch (=une proposition commerciale) ? Sachez expliquer la situation tout en vous montrant disponible : « j’ai une deadline pour demain matin mais si ça peut attendre je te fais ça d’ici demain 18h ».  Vous sentez que vous êtes bloqués sur un point technique et que la deadline approche ? Demandez un coup de main d’un autre Analyste, ou tenez au courant votre n+1 que vous avez besoin d’un peu plus de temps. Cette attitude vous permettra d’éviter de rater une deadline, erreur qui ne vous sera pas pardonnée, surtout si vous n’avez pas prévenu en amont.

 

  • Networkez. Tissez des liens avec les membres de toutes les équipes, partagez, posez leur des questions. Montrez-vous sympathique, à l’écoute et ouvert. Les personnes retenues en fin de stage sont souvent choisies en fonction des évaluations récoltées tout au long du stage. Il est important de connaître le plus de monde possible, sur vos desks évidemment mais également sur les autres desks. Identifiez les équipes ayant des besoins de recrutement et rendez-vous disponible auprès d’eux. En effet, même avec les meilleures évaluations du monde, une équipe n’ayant pas de headcount, ie de place pour une nouvelle recrue, ne pourra pas vous recruter. Le networking ne s’arrête pas aux heures de bureau. Au contraire, il commence dès la sortie du bureau : allez boire un verre avec les collègues fait partie de vos homework au même titre que le reste. Enfin, mieux que briller par la qualité de votre travail, organiser un foot le dimanche après-midi est sans doute le meilleur moyen de vous faire connaître de vos VP et de décrocher votre offre.

 

  • “Underpromise, Overdeliver”. Faites toujours un peu plus que ce que l’on vous demande. Le raisonnement est simple : vous travaillerez beaucoup quoi qu’il arrive. Donc prendre 10 minutes en plus pour faire un récapitulatif résumant les points clés ne changera pas votre nuit, en revanche cela fera une différence majeure lorsque l’on vous comparera aux autres Summer Interns. Ajoutez sans cesse de la valeur là où vous en avez l’occasion. Au pire des cas, vos ajouts et propositions ne seront pas utilisés. Au mieux, vous ferez très bonne impression.

 

  • Ne dérangez pas vos collègues. Il est important d’avoir une attitude positive face au travail, l’air motivé, et de solliciter vos supérieurs. N’oubliez pas pour autant que vos collègues sont souvent très occupés et n’ont pas toujours le temps de répondre à vos questions. Avant d’aller voir votre N+1, rassemblez vos questions pour éviter de le déranger à plusieurs reprises. Prenez toujours de quoi prendre des notes. On ne vous reprochera jamais de poser des questions. On vous reprochera en revanche de reposer la même question. Attention de ne pas tomber dans l’autre travers. Partir dans votre coin travailler sur une tâche pendant des heures sans avoir demandé à votre manager si cela peut lui être utile est également une perte de temps pour l’équipe. Proposez donc votre idée avant de la mettre en oeuvre et attendez de voir si le manager réagit de façon positive avant de vous lancer.

 

  • Attention aux tâches sans valeur ajoutée. Souvent vous serez sollicités pour une tâche qui ne requiert absolument aucune réflexion. La frustration intellectuelle ne doit pas vous faire bacler ce travail. Pointer 200 hotels sur une carte des Etats-Unis à 20h un dimanche soir ? C’est souvent un moyen pour les opérationnels de vous tester sans prendre de risque. Les conséquences d’une erreur de votre part sur ce type de tâche seront sérieuses : vous serez catégorisé comme “mauvais” et vous verrez alors un cercle vicieux s’enclencher. Les opérationnels ne vous solliciteront plus, vous ne serez sollicité que pour des tâches ingrates, et votre frustration n’en sera que plus grande. Prenez donc ces corvées à coeur et appliquez vous tout particulièrement : vous passerez alors rapidement dans la catégorie des “bons” et serez sollicités sur des missions à plus forts enjeux.

 

  • Soyez proactifs. Une tâche ingrate arrive ? Proposez de la prendre en charge de manière proactive. Etant de toute manière à la fin de la chaîne alimentaire de la banque, vous en écoperez inexorablement. Autant prendre les devants et marquer des points.heureux travail

 

  • Gardez en permanence une attitude ultra-positive face au travail. Pour les Summer Interns en M&A qui seront staffés sur un nouveau dossier un vendredi à 22h, souriez, plaisantez, et commencez le boulot sans perdre une seconde. Là encore, vous savez bien que vous ferez ce travail quoi qu’il arrive… Autant adopter une attitude positive qui fera toute la différence le jour de la décision de l’embauche !

 

  • Soyez curieux. Vous pourrez être un bon stagiaire en effectuant uniquement les tâches qui vous sont allouées, mais pour faire partie de la shortlist éligible au Graduate, il en faudra davantage. Demandez toujours à être sur les calls, montrez votre intérêt, et posez des questions « big picture » : cherchez à comprendre le rationnel stratégique d’un deal, les autres acteurs en présence, les modalités de financement, les autres acquéreurs potentiels, etc.

 

  • Ne négligez pas le projet de fin de stage. Certaines banques vous donnent un projet à rendre pour la fin de votre Summer. On a vite fait de se concentrer sur ses tâches quotidiennes et de reléguer ce projet à un exercice scolaire qui s’effacera devant la performance opérationnelle. C’est une grave erreur. Ce n’est pas parce que votre Summer s’est bien déroulé dans l’ensemble que tout est gagné, et le projet de fin de stage peut être déterminant. Ce projet est présenté à la fin de votre stage aux ressources humaines, à votre manager et à vos collègues. Cette présentation est d’autant plus importante qu’elle vous permet de briller devant les autres head of desk susceptibles de vous embaucher.

 

Durant cette période à la fois courte et intense, chaque sollicitation compte. Vos états d’âme sont remis à plus tard, et votre unique objectif doit être de faire partie des heureux élus qui décrocheront leur offre d’emploi.

LA4  Lire aussi : 8 conseils pour décrocher son Summer Internship ou son Offcycle

 

Découvrez les formations AlumnEye

 

Vous aimerez aussi...