En avril dernier, plusieurs étudiants ont eu la chance de réaliser un Spring Program au sein d’une banque à Londres. Ce stage très particulier représente une opportunité inestimable d’obtenir une première expérience valorisante sur votre CV, car aucun stage en Finance n’est demandé en pré-requis. Pour vous, une AlumnEye ayant participé à une Summer Session de l’été 2016 a eu la gentillesse de témoigner sur son Spring dans une top-tier banque. Au-delà de l’aspect académique, les banques d’investissement cherchent avant tout à déceler des talents. Si vous hésitez à postuler l’an prochain à un Spring Program, ou si vous n’avez simplement qu’une vague idée de ce qu’est ce stage d’immersion à Londres, ce retour d’expérience est fait pour vous.

Quel est ton profil ?

Etudiante en M1 à l’ESCP, au moment de ma candidature, je n’avais pas d’expériences professionnelles « solides » à mon actif, simplement une expérience en Junior Entreprise et un stage de 3 mois dans un petit cabinet de Conseil. J’ai découvert que ce n’était absolument pas déterminant pour les Springs, dans la mesure où les recruteurs recherchent surtout des talents qui sauront s’intégrer dans une équipe où la pression est souvent très forte.

Comment s’est déroulé le processus de recrutement ?

J’ai postulé plutôt tard par rapport à ce qui est conseillé, autour de mi-Novembre. Le facteur chance a peut-être joué étant donné que les process de certaines banques étaient retardés. J’ai passé deux entretiens téléphoniques : le premier avec des opérationnels et le second avec les équipes de recrutement. Dans les deux cas, aucune question technique à proprement parler, mais des questions d’actualité récurrentes où mes interviewers cherchaient parfois à approfondir sur mes connaissances financières.

Quels ont été les critères déterminants dans l’obtention de ton offre ?

Ils expliquent tout au long du Spring qu’ils sont à la recherche de gens smarts (votre vivacité d’esprit sera évaluée sur votre CV : écoles, prépas…) mais surtout démontrant une forme d’intelligence sociale. Ils sont attentifs aux expériences associatives, sportives, humanitaires… En somme, ce qui vous distingue et a forgé votre personnalité. J’ai veillé à développer mes « hobbies » sur mon CV, des expériences variées avec des exemples de teamwork sortant du cadre académique. Alumneye permet d’avoir de la visibilité sur ces questions et sur l’importance de les préparer à l’avance pour être à l’aise en entretien.

LA4Lire aussi : Comment j’ai décroché deux Spring dans des anglo-saxonnes sans école cible

 

Quels étaient les profils des Spring Interns ?

Nous étions 56 en tout : Technology, Investment Banking/Global Markets.  Sur la quarantaine de Spring Interns IB/GM, 4 venaient d’écoles françaises : 3 HEC et une ESCP (moi). Les grandes écoles anglaises étaient majoritairement représentées : Oxford, Cambridge, LSE, Bristol, Warwick. On comptait aussi un étudiant de l’ESADE, un de l’ICADE, et un ou deux de la Bocconi.

La compétition était-elle palpable parmi les Spring Interns ?

L’ambiance était bonne de manière générale, la structure du Spring fait qu’on n’a pas réellement le temps ou l’occasion de ressentir la compétition. On remarque tout de même quelques personnes qui cherchent à se démarquer du lot (ce qui n’est pas du tout une attitude conseillée) mais il faut savoir en tirer le meilleur !

Comment était structuré le Spring ?

De manière générale, les activités étaient organisées selon trois formats : networking/activités interactives avec les opérationnels, présentation du monde de la banque/training, activités de groupe et case studies techniques. Les déjeuners et cocktails étaient réservés au networking.  Une semaine intense, donc, aux journées très variées qui offraient une immersion au sein de la banque dans son ensemble.

Qu’en retiens-tu ?

Les découvertes ont véritablement été à la hauteur de mes espérances. Le Spring permet d’approfondir notre connaissance de la structure de la banque, de la façon dont les différentes divisions sont organisées et communiquent entre elles. On glane aussi des informations sur son histoire et celles de ses équipes : quelles sont les plus vastes, les plus récentes, pourquoi certaines ont-elles disparu… J’ai aussi beaucoup appris sur le rôle de la Compliance, sur la frontière entre information publique et privée (le Chinese Wall, géré par un Syndicate Desk). Intéressée par l’IBD, j’ai bien mieux compris quels étaient les différences, atouts et inconvénients entre travailler au sein d’une équipe produit ou une équipe Industry, tout en me renseignant davantage sur les métiers de Global Markets.

LA4Lire aussi : Le Spring Internship : cinq membres du réseau AlumnEye racontent leur expérience

 

Le programme t’a-t-il donné envie de poursuivre dans cette banque ?

Atout majeur du Spring pour un étudiant d’école française : il permet une réelle immersion dans la culture bancaire anglaise, très différente de la nôtre, ou plus généralement de la culture d’entreprise française. Concrètement, à la fin de la semaine, vous saurez si vous vous sentez à l’aise au sein de cet environnement de la banque à Londres où l’ambiance est assez différente. Personnellement, le Spring m’a ouvert les yeux sur mon appétence pour cette ambiance londonienne.

Recommanderais-tu à un candidat de faire un Spring ?

Absolument ! La structure du Spring permet vraiment de répondre à des questions qui restaient trop abstraites à un étudiant : organisation générale de la banque, rôle de chaque division… Je pense qu’il faut foncer, ce genre de programme n’existe pas en France, et est accessible à tout type de profil (il y avait dans mon programme des étudiants en géographie), et est une ouverture à d’autres opportunités. C’est une expérience terrain qui est organisée de manière à répondre à tout type de questions que l’étudiant peut se poser. Ils insistent d’ailleurs en permanence sur le fait qu’aucune question n’est stupide.

Peux-tu nous en dire plus sur le « fast-track » ?*

En IB, à l’issue de la semaine, certains candidats (la plupart) ont reçu une invitation pour les Assessment Centers ayant lieu dans les 3 semaines après le Spring. Idem en Global Markets, Pour l’Equity Research, l’Assessment Center avait, lui, lieu le dernier jour du Spring. Si je ne connais pas précisément la proportion de candidats retenus, je dirais qu’il s’agit de la grande majorité.

 

Merci à elle pour ce témoignage !

* A l’issue du Spring, vous pouvez obtenir un « fast-track », c’est-à-dire que l’on vous convoque à des entretiens pour un Summer Internship : une des raisons majeures de faire un Spring !

AlumnEye prépare les candidats entretiens en Banque d'Affaires, Finance de Marché et Conseil en Stratégie. >Plus de 1500 candidats coachés >Un réseau dans les plus grandes banques et cabinets de conseil