10 conseils pour réussir ses entretiens en Finance

Afin de décrocher un stage de césure, de fin d’étude, un Offcycle, un Summer Internship, un Graduate ou un CDI en Finance, vous aurez à passer de très nombreux entretiens qui peuvent fortement varier d’une banque à l’autre. Toutefois,

Nous avons préparé une liste de 10 conseils indispensables pour décrocher et réussir vos entretiens en finance.

 

  1. Soyez patient après avoir candidaté. Dans les banques anglo-saxonnes, certains candidats sont rappelés 4 mois après avoir candidaté. Ainsi, de nombreux candidats formés par AlumnEye cette année ont postulé en septembre et n’ont été rappelés qu’en décembre, soit 4 mois après leur candidature. La patience ne veut pas dire l’inactivité, ce qui nous mène au point suivant. Si la patience est de rigueur avant le premier tour, il n’en est rien après avoir passé vos premiers entretiens : en règle général, les bonnes nouvelles arrivent vite, voire même très vite. Il n’est pas rare de voir des candidats décrocher leurs offres moins de 10 jours après avoir reçu leur premier coup de fil des RH.
  2. Jouez la carte du Réseau pour pousser votre candidature. Rien de plus efficace pour passer la phase de sélection des CV. Attendre après avoir candidaté est une erreur. En effet, le recrutement contient une partie tacite très importante de networking : vous devez contacter des opérationnels, assister aux événements de networking, et relancer sans relâche afin de pousser votre candidature en interne. Ceci pour une raison simple : des milliers de candidats postulent et il est difficile pour les RH de sélectionner les bons dossiers. Les recruteurs sont donc preneurs des recommandations de leurs collègues ou anciens collègues. Après en avoir discuté avec des RH des banques les plus sélectives, nous pouvons vous garantir que les banques les plus sélectives sont demandeuses de CVs de candidats préparés. AlumnEye a développé une méthodologie systématique et standardisée de networking pour ses candidats. Appliquée rigoureusement, elle a permis a des dizaines de candidats n’ayant pas d’école « cible » de décrocher leurs offres dans des banques anglo-saxonnes.
  3. Postulez en groupe. L’entraide est importante pour les candidatures. En effet, avoir un regard extérieur sur son CV et sa lettre de motivation est capital. Dans le cas d’une candidature pour une banque anglo-saxonnes, les essais en ligne nécessiteront de longues heures de préparation et un avis extérieur pourra vous éviter des erreurs fatales.
  4. Accédez à l’information. Le processus de recrutement peut sembler très opaque pour les candidats. Il est bien souvent impossible de savoir ce qui se trame côté recruteur, à moins d’avoir les retours d’un grand nombre de candidats qui partagent leurs dates d’entretiens. Il est donc utile d’avoir accès à un grand nombre de candidats pour savoir ou en sont les recrutements : les entretiens téléphoniques ont-ils démarré ? les assessment centers ont-ils commencé ? les premières offres sont-elles tombées ? Vous saurez ainsi s’il est normal que vous n’ayez pas été rappelé ou s’il faut vous inquiéter. Les RH des banques ne répondront pas à cette question si vous leur posez.
  5. Retenez les noms. Vous allez rencontrer des dizaines d’opérationnels et de RH lors de vos processus de recrutement. Qu’il s’agisse de vos interviewers, des opérationnels présents sur les forums de recrutement ou des recruteurs croisés lors des événements de networking, leur nom est une ressource inestimable. Par la suite, ces noms seront très utiles pour vos mails de relance, vos lettres de motivation, vos échanges informels avec des opérationnels. Lors d’une rencontre avec un nouvel opérationnel, une méthode efficace pour briser la glace est de parler des personnes de la banque que vous avez déjà rencontré : difficile si vous ne vous souvenez pas de leurs noms. Pour ceux d’entre vous qui ont la maladie chronique de l’oubli des prénoms, nous vous recommandons de noter absolument tout : nom, prénom, poste, date et événement de la rencontre.
  6. Tirez un maximum de vos entretiens. Finissez toujours un entretien en ayant appris quelque chose. En effet, votre interviewer a une expertise. Questionnez-le sur son métier, son quotidien, ses clients, son environnement de travail. L’entretien tourne au cauchemar ? C’est une opportunité fantastique de soutirer un maximum d’information à votre interviewer, vous n’avez en effet plus rien à perdre. Vous intéresser à votre interviewer pourra même vous sauver la mise, car la flatterie est une arme très puissante.
  7. Préparez les questions à poser en fin d’entretien. Pour cela, consultez l’article « Quelle question poser à la fin d’un entretien en finance ? »
  8. Soignez la première impression. De nombreuses recherches indiquent que tout se joue lors des 3 premières minutes de l’entretien. Une tenue impeccable est indispensable, et vous trouverez ici notre article listant les 10 commandements pour votre costume en entretien. Un autre élément important est le sentiment de maturité que vous dégagez : le jeune premier prêt à tout pour y arriver n’est pas le candidat favori. Les recruteurs lui préfèrent un candidat démontrant une motivation réfléchie, une bonne capacité de réflexion, et une maîtrise de son niveau de stress. En résumé, le candidat doit démontrer qu’il a la posture nécessaire pour être mis face à un client.
  9. It’s show time. Les entretiens dans les banques anglo-saxonnes nécessitent une préparation particulière. Utilisez la méthode STAR (Situation, Tâche, Action, Résultat) qui est la référence en entretien anglo-saxon. Rangez au placard votre modestie franco-française et rappelez-vous que les candidats face auxquels vous êtes évalués, des anglais, allemands, norvégiens, suédois, ont appris à se vendre quand vous étiez en train d’apprendre les différentes couleurs de l’arc-en-ciel. L’humilité n’est pas de mise lors de cet exercice, il s’agit de faire ressortir vos réussites, de les chiffrer et de nommer les qualités qu’elles démontrent. Si vous négligez ces questions, il est certain que vous ne pourrez pas faire la différence dans ces banques.
  10. Faire comprendre que vous êtes un candidat convoité. Que vous soyez en processus dans d’autres institutions financières ou que vous ayez déjà une offre, le recrutement est un jeu de séduction. Vous prendrez de la valeur aux yeux de votre interviewer si vous êtes actuellement en processus ailleurs. Il sera également rassuré sur le choix de votre CV : s’il n’est pas seul à avoir retenu votre candidature, alors c’est qu’il n’a pas pu se tromper. Si c’est le cas, il pourra s’inquiéter sur la pertinence de son screening. Attention toutefois, c’est un jeu dangereux qui peut s’avérer perdant pour plusieurs raisons :
  • Si l’interviewer vous demande dans quelles autres banques vous postulez, vous devez rester cohérent dans vos choix de banques. Il est en effet risqué de dire à JPMorgan que vous êtes également en process dans une petite boutique M&A en midcap. On vous demandera alors quelle est la cohérence de ce choix.
  • Si l’interviewer vous demande quelle banque vous choisiriez entre la sienne et les autres dans lesquelles vous avez été rappelées, il n’y a aucune hésitation possible : vous devez expliquer à votre interviewer que sa banque est votre premier choix. Ceci à une exception près : vous ne pourrez pas dire à RBS que vous refuseriez Goldman Sachs pour accepter leur offre. Cela semblerait tout à fait ridicule à votre interviewer. Pour autant, vous ne pouvez pas non plus verbaliser le fait que RBS n’est pas votre premier choix. Dans ce cas précis, vous devez simplement répondre que vous attendez d’avoir toutes les cartes en main pour faire votre choix.

 

 

LIRE AUSSI

Quelle question poser à la fin d’un entretien en finance ?

Qu’est-ce que l’Equity Research ?

Les 18 livres à lire pour ses entretiens en finance ?

 

 

BONUS : Soyez prêt à tout. La préparation est indispensable pour vos entretiens, et ce pour deux raisons. La première est évidemment que la préparation vous permettra de faire face à tous les types de question que vous rencontrerez en entretien. La seconde raison est la plus importante : une préparation complète vous permettra d’arriver confiant en entretien. Cela se ressentira dans votre attitude lors de l’entretien, car vous ne craignez plus de question « piège ». Les différents types de question : Technique, Fit, Actualité financière et macroéconomique, Spécificité de la banque, Brainteasers, Calcul Mental.

 

Faites la différence en entretien en M&A, Private Equity, Finance de Marché et Conseil en Stratégie grâce à une formation par des professionnels de Goldman Sachs, Perella Weinberg, BCG, Bain et tous les comptes rendus d’entretiens détaillés.
En savoir plus sur les formations AlumnEye et le Réseau AlumnEye ou découvrez les témoignages des membres du Réseau AlumnEye 

 

 

Découvrez les formations AlumnEye

Découvrez les fiches PrepFinance

AlumnEye prépare les candidats entretiens en Banque d’Affaires, Finance de Marché et Conseil en Stratégie.
>Plus de 1500 candidats coachés
>Un réseau dans les plus grandes banques et cabinets de conseil

Vous aimerez aussi...