Dossier AlumnEye : le trading de commodities

AlumnEye a recueilli le témoignage d’un trader physique de métaux dans une des “commodities trading house” les plus réputées au monde. Ce type d’établissement est méconnu du grand public et leur fonctionnement est encore plus opaque que les grandes banques anglo-saxonnes. Avant d’entamer l’interview, un overview rapide du trading de commodities s’impose.

Qu’est-ce que le trading de commodities ? 

Le trading de “commodities”, parfois appelé négoce de matières premières consiste à traiter des matières premières en spot ou sous forme de produits dérivés. Il existe 4 grandes catégories de commodities :

  • Energy (crude oil, heating oil, natural gas and gasoline)
  • Metals (including gold, silver, platinum and copper)
  • Livestock and Meat (including lean hogs, pork bellies, live cattle and feeder cattle)
  • Agricultural (including corn, soybeans, wheat, rice, cocoa, coffee, cotton and sugar)

Les grands acteurs du trading de commodities sont, par taille de CA 2012 :

  1. Vitol – Revenues 2012 : $303bn
  2. Glencore International – Revenues 2012 : $236bn
  3. Cargill – Revenues 2012 : $133.9bn
  4. Trafigura – Revenues 2012 : $120bn
  5. Koch Industries – Revenues 2012 : $115bn
  6. Mercuria Energy Group – Revenues 2012 : $98bn
  7. Noble Group – Revenues 2012 : $94bn
  8. Gunvor Group – Revenues 2012 : $93bn
  9. Archer Daniels Midland Co. – Revenues 2012 : 89.03bn
  10. Bunge – Revenues 2012 : $60.9bn

Même si le nom de ces recruteurs ne vous est pas familier, le recrutement y est extrêmement sélectif : il n’est pas rare d’y voir des traders des banques les plus prestigieuses postuler pour des postes de trading physique au niveau junior. Une de ces 10 entreprises a recruté l’an dernier 3 personnes pour plus de 3000 candidats en trading physique.

Nous avons interviewé un membre du Réseau AlumnEye exercant le métier du trading physique de métaux dans une de ces structures.

« Mon intérêt pour cette activité provient de la multitude des sphères avec lesquelles on interagit : macroéconomie, microéconomie, géopolitique, finance de marché, etc. Il vient également de la multitude d’éléments qui me stimulent au quotidien : composante quantitative, négociation, dimension commerciale, psychologie, gestion des émotions, pouvoir de décision, création de PnL »

 

Présentation du métier

Les commodities trading houses sont aujourd’hui parmi les plus gros acteurs des marchés physiques et papiers de matières premières en terme de volumes traités.

Les stratégies de trading sont généralement axées sur les arbitrages suivants :

  • Arbitrage géographique : acheter dans des régions en surplus, transporter, et vendre dans des régions en pénurie
  • Arbitrage qualitatif : acheter un grade A et un grade B, blender pour obtenir C, puis vendre C plus cher que A + B + les coûts
  • Arbitrage temporel : monétiser la term structure du marché des futures (contango / backw.) et les flux physiques (ex : le carry trade) ; monétiser les différences de timing du pricing des achats/ventes physiques/temps de transport

 

Si les trading houses sont également des gros acteurs sur les marchés papiers – au même titre que les hedge funds, banques, certaines majors et autres – ces activités sont pour la plupart d’entre elles du hedging. Le cœur de leur activité est le physique et ce même si le degré d’implication dans la chaîne de valeur varie : production, transformation, transport, stockage.  Certaines maisons ont un leverage papier/physique plus important que d’autres pour mettre en œuvre des stratégies court termistes, sur lesquelles nous reviendrons plus tard.

Ces sociétés sont à capitaux privés, généralement non cotées, et leurs parts sociales sont fréquemment détenues par les fondateurs et les employés seniors (il existe un système de partnership). Vitol, par exemple, est détenu par ses fondateurs et plus de 300 partners qui se partagent les 3 milliards de dollars de bénéfices annuels générés. Ce système de détention des capitaux ainsi que la légèreté des régulations sur leur marché (par rapport aux autres marchés mondiaux) se ressentent fortement dans la culture d’entreprise très entrepreneuriale qui règne dans ces maisons et dans la flexibilité des deals sur lesquels elles peuvent intervenir.

Beaucoup de maisons de trading de commodities investissent par ailleurs dans des actifs de production ou de distribution afin de garantir un flux/offtake de matières premières ou de protéger certains marchés. Ces investissements, de type private equity, se font par equity ou par dette, et permettent souvent aussi de signer des contrats de supply ou d’offtake longs termes.

Par exemple, Trafigura détient un nombre important d’actifs de distribution de pétrole (stations essences et terminaux) en Afrique, en Amérique Centrale et en Australie, ce qui leur permet d’avoir des “shorts” constants. D’un autre coté, la maison a un contrat long terme avec Rosneft (Russie) pour se fournir en brut.

Les marchés physiques et papiers sont reliés de deux manières. D’un coté la plupart des contrats futures sont fongibles, ce qui permet de settler une position en délivrant/prenant délivrance de la matière. D’un autre coté la plupart des instruments OTC comme les swapscsont settled sur une cote correspondant à la matière première publiée par un journal (type Platts) dont les reporters évaluent le prix en fonction de trades physiques et de bids / offers effectués par le marché sur une période, une zone géographique et une qualité données.

Ce mécanisme est parfois opaque. C’est néanmoins le seul qui soit pour l’instant parvenu à s’adapter à l’hétérogénéité du marché des matières premières. Il est ainsi devenu la colonne vertébrale de la quasi totalité du marché du pétrole.

 

Interactions internes

Ce métier demande une constante interaction avec les traders des autres bureaux (surtout lors de décisions d’arbitrage), avec les opérateurs – c’est à dire le desk qui gère le mouvement des cargos et la partie administrative – avec le deals desk – c’est à dire le desk qui gère la partie hedging, l’analyse des positions et l’analyse du P&L – avec le credit department, avec le département finance dans le cas d’un deal structuré, le département légal, et les filiales downstream (dans les majors).

 

Profils de trader commodities

On retrouve dans ce métier des profils complets : quantitatifs avec une dimension commerciale ou l’inverse. On trouve par ailleurs dans tous les profils des traits de caractères similaires tels qu’une grande maturité, nécessaire pour discerner l’aspect risk/return des trades ainsi que pour gérer les situations de pertes de gain (de confiance, de P&L), une capacité à gérer une forte pression et à lire des comportements, et de l’endurance. Sur les desks papiers on compte de nombreux ingénieurs. Les marchés de commodités sont devenus beaucoup plus “vanille” depuis la crise des subprime, et la valeur provient bien moins qu’avant de la manipulation d’instruments très complexes.

Sur les desks physiques, mêmes profils, avec un accent plus important sur l’aspect commercial, politique, réseau, que sur un desk papier pur. Il existe par ailleurs un esprit d’équipe plus prononcé. Les tonnes physiques pouvant être arbitrées partout, il est important de rester coordonnés, de faire preuve d’esprit d’équipe tout en protégeant son propre book… c’est une question d’équilibrisme politique interne.

 

Comment débuter ?

Depuis le “supercycle”, les recrutements chez les acteurs majeurs se sont structurés et il n’est aujourd’hui quasiment plus possible de rentrer uniquement par contact dans ce secteur. Le réseau reste primordial, mais les CV des candidats viennent des meilleures écoles et universités du monde.

Il n’y a pas de “voie royale” qui débouche de manière garantie sur un métier de trading commo. Sur le pétrole, les majors Shell, BP, et Total ont d’excellents programmes d’analystes qui débouchent sur des concours internes pour commencer sur un desk en tant qu’opérateur (ou deals desk). Certaines maisons ont répliqué ces programmes (Trafigura par exemple). Évoluer sur le métier de trading ensuite dépend d’une multitude de facteurs et de la chance, il est utile d’être au bon endroit au bon moment.

Le programme de Trafigura débouche sur un poste de trader mais il faut une expérience antérieure de trading d’au moins deux ans pour postuler.

Trafigura logo AlumnEye

Nombre de heads de desks physiques (et papiers parfois) ont un parcours parfois très atypiques et une carrière construite en gravissant les échelons. Ces personnes accordent moins d’importance au parcours académique et pourront donner leur chance aux candidats qui sortent des sentiers battus.

Dans les banques, les recrutements sont ultra-structurés : Summer, Graduate, et Associate programmes.


Les trends du secteur des commodities

  • Phase de consolidation après le “supercycle”
  • Importance établie des pays en développement et en particulier de la Chine
  • Augmentation des régulations dans le secteur
  • Importance croissante des bourses chinoise et des acteurs chinois sur les marchés internationaux

 

Les livres à lire sur le secteur des commodities

 

branta-bernicla

oil 101

 

 

 

 

 

  • The Prize, pour l’histoire du marche du pétrole depuis Drake
  • Branta Bernicla de Pascal Guillet, trader de pétrole francais à Londres

Pour les lectures plus “techniques”, on citera :

  • Oil 101
  • Commodities and commodities dérivatives, Helyette Geman

L’information est parfois éloignée de ce qui se fait vraiment sur le terrain. Inutile de se perdre dans les notions les plus techniques, qui ne se retrouvent que dans 1% des cas sur le terrain.

 

Dossier pour préparation entretien commodities :

“The Economics of Commodity Trading Firms”

par Craig Pirrong, pour Trafigura

Craig Pirrong est professeur de finance et “Energy Markets Director” de l’Institut du Management de l’Energie du Bauer College of Business de l’Université de Houston. Il est titulaire d’un Ph.D en Business economics de l’University de Chicago.

Le dossier explique les bases du trading de commodities avec une recherche sur les acteurs du marché, leur management et leur financement en vue de la création de valeur, et des risques du Commodity Trading.

Intéressés par le dossier complet ? Recevez-le immédiatement et gratuitement par email !

    RECEVEZ GRATUITEMENT UN TEST BCG

*Votre email ne sera jamais communiqué à des tiers.

 

Découvrez les formations AlumnEye

 

Vous aimerez aussi...