La formidable saga de la dynastie des Rothschild

Le mythe de Midas

Midas était roi de Phrygie entre 715 et 676 avant notre ère. S’étant vu accorder un vœu de la part de Dionysos, dieu de la vigne, il demanda la faculté de transformer en or tout ce qu’il touchait, pour le meilleur, et pour le pire. Ce conte mythologique de l’antiquité gréco-romaine n’est pas sans rappeler une saga moderne : la formidable histoire de la dynastie Rothschild. Ceux que l’on désigne comme « Les plus grands financiers du monde » cultivent le mythe de cette réussite insolente. Issus d’un milieu populaire, ils deviendront la famille la plus riche d’Europe. Finançant les Etats, influençant la politique mondiale, combattant les guerres de religions, soutenant l’art, les Rothschild sont devenus au fil du temps un modèle de travail, d’audace, et de perspicacité. Retour sur une famille dont l’instinct de négociation légendaire força tant l’admiration que le mépris.

 

Le destin extraordinaire d’un juif opprimé de Francfort

famille-rothschildTout commence au XVIIIème siècle dans le ghetto juif de Francfort-sur-le-Main dans l’ouest de l’Allemagne. Mayer Amschel Rothschild, né le 23 Février 1744 et père d’une famille de dix enfants (cinq garçons et cinq filles), est un juif-orthodoxe ordinaire issu d’une famille modeste. En ce temps, les juifs vivent une période difficile, l’antisémitisme se développant d’une façon inquiétante : ils ne peuvent posséder de biens immobiliers, portent un insigne jaune sur leur vêtement et payent des impôts plus que conséquents. Ils doivent même descendre du trottoir lorsqu’ils croisent un chrétien dans la rue. La plupart des métiers leur sont interdits, mais pas la banque. Ils sont en effet libres d’accorder des prêts (donc récupérer des intérêts) et d’effectuer des opérations de change. À cette époque, l’Allemagne est divisée en de nombreuses municipalités opérant avec des monnaies différentes. Les métiers de la finance présentent donc un énorme potentiel.

Mayer Amschel Rothschild est quelqu’un d’unique : c’est un surdoué des calculs et il possède un sens commercial hors norme. Ces atouts exceptionnels lui permettent de se faire connaître auprès de la famille princière austro-hongroise et notamment de construire des liens forts avec le Prince Guillaume de Hesse-Cassel. Les affaires devenant fleurissantes, ses enfants se joignent à lui : ses cinq fils (Amschel, Nathan, Salomon, James et Carl) s’occupent des clients tandis que les filles se chargent des travaux d’écritures. La philosophie Rothschild se met alors en place : (1) Payer ses factures à temps, (2) ne jamais contracter de dettes, (3) honnêteté et franchise. En 1796, Mayer Amschel Rothschild est alors l’un des juifs les plus riches de Francfort.

 

La Grande Ascension

Très vite, Mayer Amschel comprend les enjeux de l’expansion de son établissement. Nathan est le plus audacieux des cinq jeunes frères. Il est ambitieux, travailleur et désireux de monter sa propre affaire au-delà des frontières allemandes. Après s’être lancé dans le trading de textiles à Manchester, il ouvre son établissement financier, la branche londonienne de la banque de son père : NM Rothschild & Sons.

Tout s’accélère durant la période des guerres napoléoniennes. Asphyxiée économiquement par le blocus mis en place par les français, l’Angleterre n’a d’autre choix que de trouver des sources de financement pour payer son armée. Parallèlement, le prince Guillaume de Hesse-Cassel, chassé de son pays lors de la défaite de Iéna en 1806 a confié à Amschel la gestion d’une fortune estimée à 15 millions de pièces d’or. C’est une véritable opportunité commerciale pour les Rothschild qui savent tirer parti de cette position stratégique. Nathan, devenu le leader des cinq frères à la mort de son père en 1812, organise de nombreuses livraisons de marchandises et autres lingots d’or. Deux ans plus tard, le prince reprend possession de ses terres lors de la bataille des Nations à Lindenau. Il récupère l’intégralité de son trésor, intérêts compris. Le nom Rothschild devient synonyme de fidélité, de puissance et d’intégrité.

Nathan se voit alors nommé responsable du financement de l’avancée de Wellington sur le territoire français en 1814. Il bénéfice d’une aide précieuse : son frère James qui s’occupe de vendre des francs vers l’Angleterre et avec lequel il communique grâce à des pigeons voyageurs. Cet atout local accélère le refinancement du pays, se soldant par la victoire de Waterloo en 1815. Ayant eu vent de cette information bien avant les autorités, Nathan spécule sur la monnaie du vainqueur : le 20 juin 1815, il se rend à la Bourse de Londres et met en vente tous ses titres en ébruitant volontairement l’information selon laquelle Napoléon est sorti victorieux de la bataille. Pris de panique, les investisseurs suivent l’exemple de Nathan, entraînant l’effondrement des du marché des actions. Au dernier moment, le jeune stratège rachète au plus bas les titres sur le marché. Cette victoire en bourse, le « coup du siècle », assure la fortune de la famille.

Cette consécration met en avant une richesse d’un nouveau genre : l’information. Véritable précurseur de ce système de coursiers rapides, les Rothschild perçoivent bien avant les autres la valeur financière du temps.

Ainsi, le monde financier est en pleine évolution. Pour la première fois, les Rothschild mettent réellement en place un système de banque-réseau européen. Ils inventent également un nouveau concept en finance : un gouvernement peut contracter un emprunt auprès d’un organisme privé en échange d’un titre (et d’intérêts).

Mais alors que l’on pourrait penser que la famille est reconnue et respectée de tous, les Rothschild ne sont pas sollicités lors de la signature des traités de paix. Leur ascension financière attire paradoxalement les foudres de la presse. Ils sont alors victimes d’un antisémitisme généralisé. Les livres de l’époque tels que « l’Argent » où Emile Zola dénonce justement ces dérives, montrent clairement le développement d’une campagne anti-juive qui ne cessera de croître jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale. Néanmoins, les Rothschild font preuve d’encore plus de détermination face à cette réalité.

En ce début de XIXème siècle, les frères ont conquis l’Europe : Nathan est à Londres, James à Paris, Amschel à Francfort, Salomon à Vienne et Carl à Naples. Ce réseau international devient la fondation de leur dynastie. En 1822, ils deviennent officiellement barons de Rothschild.

 

James, roi des juifs de France

La-famille-Rothschild_FR

 Alors que Nathan s’impose définitivement comme le leader de la famille, un autre des frères voit sa côte de popularité grimper en flèche : James.

La France représente une terre d’accueil privilégiée pour le jeune frère dans la mesure où le climat est bien plus ouvert depuis la révolution de 1789. Les juifs ont d’ailleurs les mêmes droits que les chrétiens.

James est élégant, cultivé, raffiné, et possède un goût prononcé pour l’art. Dès 1840, il devine avant les autres le potentiel des machines à vapeur et de l’exploitation minière qui y est associée. Cette intuition se révèle vite payante et confirme ses qualités d’investisseur aguerri. Cela lui vaut bientôt une belle notoriété au sein de l’hexagone à tel point que le roi Louis-Philippe fait appel à lui. Cependant, en 1848, ce dernier rend les armes. On se dit que James va quitter le pays. Et bien non. Là encore, il joue parfaitement le coup et s’attire les louanges de Napoléon III. Victime de la jaunisse, il sera le dernier frère à s’éteindre en 1868.

 

Petits enfants : sur le toit du monde

Au sein des Rothschild, une nouvelle génération est en place. Conscient de l’injustice dont leur famille est victime comme tous les juifs d’Europe, ils se mettent en quête de l’obtention du pouvoir politique afin de faire évoluer les mentalités et surtout les pratiques.

Lionel est le fils de Nathan, il a d’ailleurs repris les affaires au sein de NM Rothschild & Sons. Plus motivé que jamais à défendre ses droits et ceux de la communauté juive d’Europe, il arrive à accéder au rang de député à force de persévérance. Son plus grand fait d’arme est le renflouement du gouvernement égyptien en 1874 pour empêcher l’indexation du canal de Suez par les français. Lors de son décès d’une crise cardiaque en 1879, les Rothschild sont à l’apogée de leur puissance. Ils ne reviendront jamais à un tel niveau d’influence.

 

Affaiblissements et premières tensions

 La 1ère partie du XXème siècle est très difficile pour la famille Rothschild.

La montée du nazisme représente une menace constante et croissante. Bien qu’ils arrivent pour la plupart à quitter les pays sous occupations (plusieurs sont cependant déportés), les Rothschild n’arrivent pas à mettre en place de stratégies pour gérer les perturbations économiques de ces années.

Séparés, persécutés, pillés par les nazis, tout semble à refaire. Dans les années 50, les banques de Londres et de Paris sont sur le déclin et ne s’occupent essentiellement plus que de riches clients fidèles à la famille. Les Rothschild perdent énormément d’influence sur le continent européen.

Dans les années 70, après une vingtaine d’année sans grande activité, Jacob Rothschild l’arrière, arrière, arrière petit fils de Nathan Mayer et 4ème baron Rothschild (titre britannique), souhaite relancer la branche londonienne. Il veut ouvrir l’établissement à des investisseurs étrangers afin d’être en mesure de concurrencer les grandes banques d’affaires de l’époque.

Néanmoins Evelyn, son cousin, n’est pas d’accord. Mais surtout, il a le soutien de Victor qui n’est autre que…le père de Jacob. Cette lutte de pouvoir sans précédent divise la famille : c’est le premier grand conflit au sein de la famille Rothschild. Evelyn demeurant à la tête de NM Rothschild, Jacob part avec son portefeuille de clients et fonde Rothschild Investment Trust.

Des tensions émergent, surtout en France. Dirigé par Guy de Rothschild jusqu’en 1981, la branche française est nationalisée par le gouvernement socialiste de François Mitterrand. Cette décision fait l’effet d’une bombe pour Guy.

Rothschild_logoEn 1984, avec David, son fils, ils travaillent à la reconstruction d’une banque indépendante. Deux ans plus tard, ils sont autorisés à utiliser le nom Rothschild pour leur établissement (sous le gouvernement d’Edouard Balladur), accompagné d’un préfixe ou d’un suffixe. Grâce à un « gentleman agreement » signé avec la branche cadette Edmond de Rothschild basée à Genève (Banque privée et gestion d’actifs, appartenant à la branche française), la banque parisienne prend le nom de Rothschild & Cie. Par contrat, chaque banque peut donc s’appeler Rothschild à condition de ne pas porter le nom seul.

SMALL-BPERE-MONO-RGBCette cohabitation se passe relativement bien pendant plusieurs années puisque chacun dispose de son terrain de jeu propre : la banque parisienne est une banque d’affaires, alors que son cousin suisse (bien que Benjamin soit français) se spécialise dans la gestion de fortune.

Cependant, dans les années 2000, le projet de création d’une banque en ligne « e-Rothschild Services » par Edmond de Rothschild ne plait pas à David pour qui le nom se veut volontairement universel.

En 2003, nouvel acte de guerre. La réunification des branches françaises (Rothschild & Cie) et londonienne (NM Rothschild) permet à David d’accéder à de la gestion de fortune. Edmond de Rothschild réplique en se lançant notamment dans des opérations de haut de bilan.

LA4Lire aussi : Zoom sur : Grégoire Chertok, l’homme aux 150 deals de Rothschild

 

Que nous réservent les années à venir ?

 Les Rothschild sont peut-être la seule famille dont le nom semble résister au temps. Du fondateur Mayer Amschel au sulfureux Nathaniel Philip Rothschild, 44 ans, héritier de la branche anglaise (fils de Nathaniel Charles Jacob Rothschild, 4ème baron Rothschild), ex-président du célèbre hedge fund Alticus Capital, la magie entourant cette famille demeure intacte. Enviée, jalousée, admirée, quoi qu’on en dise, la dynastie Rothschild fascine. Leur histoire est à l’image des plus grands best-sellers : rivalité familiale, coups de génie, retournements de situation, cavales, jeux de pouvoirs, guerres et fortune sont au rendez-vous. Il nous tarde simplement d’assister au prochain acte.

 

Bonus : Arbre généalogique et détails supplémentaires

Afin de bien comprendre le développement européen de la famille Rothschild, voici un arbre généalogique présentant les héritiers de Mayer Amschel Rothschild et de ses cinq fils. Seule la branche anglaise et française sont ici développées dans la mesure où les 3 autres branches de la famille (Francfort, Naples et Vienne) ont disparu.

Branche Anglaise (héritiers de Nathan) : NM Rothschild & Sons et Château Mouton

Nathan eut 7 enfants (4 fils et 3 filles). Deux des fils prirent une importance majeure au sein de la famille : Lionel Nathan de Rothschild, et Nathaniel de Rothschild :

La branche Lionel Nathan de Rothschild (1808-1879) – NM Rothschild & Sons

Banquier et homme politique britannique, il est le père de 5 fils dont Nathaniel Mayer de Rothschild (1850-1915), 1er Baron Rothschild (titre britannique – traduction de Lord, à ne pas confondre avec l’appellation générale « baron de Rothschild », titre autrichien). Ce dernier, associé au sein de la branche londonienne NM Rothschild & Sons, devint président de la filiale à la mort de son père en 1879. Le plus jeune fils de Nathan, Leopold de Rothschild (1845-1917) travaillait également au sein de NM Rothschild & Sons à Londres. Les deux fils eurent des enfants :

  • Nathaniel Mayer de Rothschild, père de Lionel Walter Rothschild, 2ème Baron Rothschild (1868-1937) et de Nathaniel Charles Rothschild (1877-1923), lui même père de Nathaniel Mayer Victor Rothschild, 3ème Baron Rothschild (1910-1990).
  • Leopold de Rothschild, père de Anthony Gustav de Rothschild (1887-1961), lui même père de Evelyn Robert Adrian de Rothschild (né en 1931), président de NM Rothschild & Sons, dont la fortune est estimée à 20 milliards de dollars.

La branche Nathaniel de Rothschild (1812-1870) – Château Mouton

Businessman et banquier, il est surtout le fondateur du célèbre domaine viticole Château Mouton Rothschild (Premier Grand Cru classé Pauillac depuis 1973).

Sans titre

Branche Française (héritiers de James) : Rothschild & Cie et Edmond de Rothschild

James est le père de 5 enfants (4 fils et 1 fille). Son fils Salomon James de Rothschild n’ayant une qu’une seule fille, nous allons nous concentrer sur ses 3 autres fils.

LA4Lire aussi : M&A : les 8 secteurs à connaître avant l’entretien

 

La branche Mayer Alphonse de Rothschild (1827-1905) – Rothschild & Cie

Le baron Mayer Alphonse de Rothschild est le fils ainé de James. Banquier et collectionneur français, il eut quatre enfants. Le cadet Edouard Alphonse James de Rothschild (1868-1949) lui succéda à la direction de Rothschild Frères, et comme régent de la Banque de France. Il hérita d’une partie du vignoble Château Lafite Rothschild (premier grand cru) appartenant autrefois à son grand-père James. Edouard est le père du baron Guy Edouard Alphonse Paul de Rothschild (1909-2007), associé gérant de la banque Rothschild Frères, renommée Banque Rothschild en 1967 puis Compagnie européenne de Banque lors de sa nationalisation en 1982 (revendue à la Barclays en 1991). Il est le fondateur de la banque indépendante Rothschild & Cie avec son fils David René James de Rothschild (né en 1942). Ce dernier, diplômé de Science-po Paris en 1966, est l’actuel dirigeant du groupe Rothschild (réunification des banques Rothschild & Cie et NM Rothschild & Sons en 2003). Ils furent rejoints par le demi-frère de David, Edouard Etienne Alphonse de Rothschild, qui dirigea le conseil de surveillance de Rothschild jusqu’en 2005.

La branche Gustave Samuel James de Rothschild (1829-1911) – les collectionneurs

Deuxième fils du baron James, Gustave fut un célèbre collectionneur d’art possédant de nombreux hôtels et châteaux. Père de 6 enfants, son fils cadet Robert Philippe Gustave de Rothschild (1880-1946) était notamment le propriétaire de l’hôtel de Marigny et du château de Laversine.

La branche Edmond James de Rothschild (1845-1934) – Edmond de Rothschild

Cadet du baron James de Rothschild, Edmond fut l’un des plus grands collectionneurs de son époque. Il finança de nombreuses campagnes d’exploration avec son frère Gustave. Son deuxième fils Maurice Edmond Charles de Rothschild (1881-1957) lui aussi un grand mécène, hérita de la fortune de la branche de Naples et déménagea en Suisse pour y développer les activités familiales. Il devint alors un « self-made » milliardaire grâce à des investissements bien pensés. Son fils Edmond Adolphe Maurice Jules Jacques de Rothschild (1926-1997) fut un banquier franco-suisse. Fort d’un trésor exceptionnel légué par ses ancêtres, il était à la tête de deux établissements bancaires spécialisés dans la gestion de patrimoine et la gestion d’actifs réunis sous le nom de « Groupe Edmond de Rothschild » depuis 2010 : La Compagnie Financière Edmond de Rothschild basée à Paris qu’il créa en 1953, et la Banque privée Edmond de Rothschild basée à Genève. Son fils unique Benjamin Edmond Maurice Adolphe Henri Isaac de Rothschild (né en 1963) est la 21ème fortune de France en 2015 selon le magazine Challenges (3,5 milliards d’euros).

 

Edouard Lancksweirt, étudiant à l’ESCP Europe et contributeur du blog AlumnEye

Découvrez les fiches PrepFinance

Sources :

  • FARINE M. (2015), Rothschild contre Rothschild. Document disponible sur internet : https://www.letemps.ch/economie/2015/05/01/rothschild-contre-rothschild, accédé le 31/01/2016
  • CHAPERON, I. (2015), Chez les Rothschild, la guerre du nom fait rage. Document disponible sur internet : http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/04/08/chez-les-rothschild-la-guerre-du-nom-fait-rage_4611593_3234.html, accédé le 31/01/2016
  • ALBERT E. (2013), Les mésaventures de “Nat” Rothschild. Document disponible sur internet : http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/02/20/les-mesaventures-de-nat-rothschild_1835315_3234.html, accédé le 27/01/2016
  • ZOLA E. (1891),l’Argent, Poche, France
  • DECHAUX, D. (2015), Entre les cousins Rothschild, la guerre est (vraiment déclarée). Document disponible sur internet : http://www.challenges.fr/entreprise/20150325.CHA4173/entre-les-cousins-rothschild-la-guerre-est-declaree.html, accédé le 14/03/2016
  • Généalogie des Rothschild, disponible sur le lien suivant : https://www.rothschildarchive.org/genealogy/
  • http://www.therichest.com/celebnetworth/celebrity-business/men/sir-evelyn-de-rothschild-net-worth/, accédé le 14/03/2016
AlumnEye prépare les candidats entretiens en Banque d’Affaires, Finance de Marché et Conseil en Stratégie.
>Plus de 1500 candidats coachés
>Un réseau dans les plus grandes banques et cabinets de conseil

Vous aimerez aussi...