Pour Deutsche Bank, le bilan des déboires avec le Département de la Justice américain est terrible. En bourse, le groupe a perdu plus de 50% de sa valeur depuis le début de l’année 2016. Sa capitalisation boursière est désormais inférieure à 15 milliards d’euros, soit un peu plus du quart de celle de BNP Paribas. Sa taille boursière ne la place plus qu’au 15e rang européen, alors qu’elle comptait parmi les premières banques mondiales il y a à peine 30 ans. En conséquence, le PDG de la banque, John Cryan, n’a eu d’autre choix que d’annoncer un vaste plan de restructuration, qui comprend notamment la fermeture d’un tiers des agences du pays. Chez la deuxième banque d’Allemagne, la situation est similaire. Commerzbank a ainsi récemment annoncé le licenciement de plus de 9000 collaborateurs. En réponse à ces turbulences, beaucoup d’observateurs ont souligné la possibilité d’une fusion entre les deux groupes. Cependant, malgré des discussions effectives entre les dirigeants, l’opération semble invraisemblable tant les bilans des deux institutions apparaissent profondément fragilisés par des années d’errements stratégiques. Plus généralement, ces deux établissements reflètent un secteur bancaire allemand fragilisé. La concentration apparait alors comme le remède à administer à une industrie morcelée et en perte de vitesse.

 

Quelle structure pour le tissu bancaire allemand ?

Les vicissitudes de la Deutsche Bank ont eu pour effet de braquer tous les projecteurs sur l’Allemagne. Dans le pays de Goethe, la très grande concentration du marché bancaire est à nouveau pointée du doigt.

Pour bien comprendre la chute du géant Deutsche Bank, il faut s’intéresser aux caractéristiques du marché rhénan ; notamment au phénomène de surbancarisation de la banque de détail. Malgré d’importantes concentrations dans les années 90 (le secteur comptait 4582 banques en 1990), on dénombre encore aujourd’hui plus de 2000 établissements bancaires dans le pays (soit 24% des banques de l’Union Européenne), contre seulement une vingtaine en Espagne. Or ces banques affichent parmi les plus faibles marges du secteur en Europe, avec un ratio d’exploitation moyen de 73%, contre 64% dans le reste de la zone euro, selon l’agence de notation Moody’s.

La deuxième caractéristique du marché bancaire allemand, c’est son architecture tripartite lui ayant permis de survivre à la crise financière de 2008. En effet, coexistent Outre-Rhin trois types d’établissements. Des banques privées, des banques publiques – à la fois des caisses d’épargne (Sparkassen) et des banques régionales (Landesbanken) – et des banques coopératives (Genossenschaftsbanken). Mais ce système fait aujourd’hui face à un nouveau défi : s’adapter aux changements réglementaires qui façonnent une nouvelle architecture prudentielle. Pensons notamment à Bâle IV, qui vise à restaurer la stabilité du secteur financier européen. En effet, de nombreuses banques allemandes ont longtemps prêté à des taux inférieurs aux taux de marché, en refinançant des expositions longues sur des maturités courtes : un business model qui a volé en éclats pendant la crise. En septembre dernier, Pascal Ordonneau – ancien dirigeant de HSBC – critiquait le système bancaire régionalisé allemand et rappelait « la trop grande dépendance des banques allemandes aux activités de crédit et d’assurance-vie »; des banques fragilisées par la politique monétaire ultra-accommodante menée par la BCE.

LA4Lire aussi : Les conséquences de Bâle III sur le risque systémique

 

Une vague de concentrations à prévoir outre-Rhin ?

Plusieurs types d’opérations sont en effet à anticiper dans les mois à venir; même si une restructuration du marché semble nécessaire ex ante afin de convaincre de grands groupes bancaires de prendre position en Allemagne.

Premièrement, pensons à des opérations horizontales qui viseraient notamment à faire émerger des leaders au sein de Länders dominés par les traditionnels Landersbanken publiques. Par ailleurs, le rachat de petites structures bancaires régionales par de grands groupes industriels n’est pas à exclure. Alors que le spectre d’une remontée des taux américains menace, le rachat d’une banque permet en effet aux entreprises de se prémunir contre le risque de change, mais aussi de sécuriser leurs accès à des financements pour leur compte ou pour celui de leurs fournisseurs, grâce aux liquidités de la BCE. Si, en 2014, Airbus faisait ainsi l’acquisition de la Salzburg München Bank, Siemens, Daimler, BMW et Volkswagen possèdent également leurs propres banques.

Enfin, il s’agirait d’opérations pan-européennes car les banques du vieux continent – françaises en tête – ont accumulé des liquidités et assaini leur situation. Des rapprochements pourraient notamment à nouveau intervenir entre les secteurs bancaire et assurantiel. En témoigne le projet de rapprochement entre la Mutuelle Générale et MGEN. De nombreuses banques européennes s’intéressent aux banques allemandes, qui bénéficient de larges réseaux clients et d’une bonne connaissance des marchés d’Europe centrale et de l’Est.

Les acteurs de la banque privée ne sont, quant à eux, pas en reste. Plus que jamais, ils recherchent une taille critique leur permettant de réaliser les investissements nécessaires afin de faire face aux nouvelles réglementations et évolutions du secteur. Selon une étude récente du cabinet McKinsey, la taille critique en banque privée est aujourd’hui évaluée autour de 10 milliards d’euros, contre 5 milliards en 2007.

Trois des principales banques françaises – BNP Paribas Société Générale et le Crédit Agricole – sont d’ailleurs durablement implantées en Allemagne. En ce sens, la récente nomination de Lutz Diederichs à la tête de BNP Paribas Allemagne atteste de l’importance d’un marché sur lequel le groupe vise entre 5 et 10% de croissance pour 2017. Cependant, si le gouvernement allemand voit d’un bon œil l’arrivée des banques françaises sur son marché, les voix ne sont pas toutes aussi concordantes au sein de la BCE. Quelle posture adopterait-elle face à l’émergence d’un mastodonte bancaire européen ? A titre de comparaison, le bilan cumulé de la Deutsche Bank (1621 milliards d’euros) et de BNP Paribas (1987 milliards), Crédit agricole (1526 milliards) ou de Société Générale (1326 milliards) dépasserait largement le PIB français comme allemand (s’élevant respectivement à 2181 et 3032 milliards d’euros en 2015). De surcroît, les exigences de fonds propres posées par les futures règles prudentielles – dites de Bâle IV – risquent de freiner les banques françaises, qui n’ont par ailleurs aucun intérêt à venir secourir leurs homologues allemandes.

LA4Lire aussi : Brexit et Finance : le tremblement de terre annoncé

 

Les prochains mois seront décisifs pour le secteur bancaire allemand. Le renforcement annoncé de Francfort en centre financier du vieux continent pourrait notamment doper des rapprochements entre banques commerciales et/ou banques privées. Les rumeurs vont bon train depuis l’annonce du Brexit. A en croire les informations relayées par Reuters, plus d’une cinquantaine d’établissements, dont Goldman Sachs, songeraient à s’installer sur les bords du Main.

 

Bastien Le Bars, étudiant à Sciences Po Rennes et contributeur du blog AlumnEye

AlumnEye prépare les candidats entretiens en Banque d'Affaires, Finance de Marché et Conseil en Stratégie. >Plus de 1500 candidats coachés >Un réseau dans les plus grandes banques et cabinets de conseil