Le Private Equity est une activité d’investissement qui a commencé à se faire connaître après la Seconde Guerre Mondiale aux Etats Unis, elle est désignée en France sous le nom de Capital Investissement. La plupart de l’activité du Private Equity est réalisée au départ par des branches spécialisées de certaines banques d’affaires.

L’émergence de sociétés de capital investissement arrivera plus tard avec par exemple la création de KKR en 1976 à New York par Jerome Kohlberg, Henry Kravis et Georges Robert, tous d’anciens employés de Bear Stearns kkrlogo(banque d’investissement rachetée par JP Morgan après la crise de 2008). D’autres grands fonds de capital investissement suivront le même modèle de fonctionnement et verront le jour quelques années plus tard parmi lesquels on retrouve : The Carlyle Group, Apollo Global Management, Blackstone Group, etc.

 

Comment définir le Private Equity ?

Le Private Equity est un terme générique pouvant désigner le véhicule d’investissement, les capitaux qui en sont issus, l’industrie, ou même la classe d’actifs que constitue le Private Equity.

Nous aborderons ici la définition sous l’angle des capitaux déployés. De ce point de vue, le Private Equity est une forme privée d’investissement dans des entreprises, généralement non cotées, souhaitant financer leur développement par un apport de capitaux non-publics. On parle d’investissement privé car à la différence des titres boursiers disponibles sur des marchés financiers comme Euronext ou NYSE, les participations de l’industrie du Private Equity ne sont pas cotées et sont détenues par des fonds spécialisés dans ce type d’investissement. À noter qu’en règle générale le grand public ne peut pas investir dans les fonds de Private Equity, ce qui réduit leur obligation de transparence.

Les fonds d’investissement en Private Equity investissent dans un portefeuille d’entreprises qu’ils accompagnent dans leur expansion et leur transformation sur une période allant généralement de 5 à 7 ans. Le financement par l’apport de capitaux privés est un levier de croissance très important pour les entreprises qui cherchent aujourd’hui à se développer, du fait d’une vision de long terme que l’on ne retrouve pas forcément sur les marchés publics. Les fonds d’investissement en Private Equity n’utilisent pas de stratégies comme « l’arbitrage » ou encore la vente à court terme. Ce type de financement est dit « alternatif » parce qu’il ne recourt pas aux financements classiques que constituent l’emprunt bancaire ou les émissions obligataires.

Au-delà de l’apport en capitaux, les fonds de Private Equity assistent le management de l’entreprise sous contrôle sur toutes les décisions stratégiques. Cet accroissement de la valeur de la société est profitable à ses actionnaires mais aussi à l’ensemble de ses stakeholders : collaborateurs, salariés, dirigeants et clients. Les fonds de Private Equity permettent également aux sociétés sous gestion d’avoir accès à un large réseau pour développer leurs activités également générer des synergies créatrices de valeurs.

L’industrie du Private Equity est structurée en fonction du stade de développement des entreprises cible. avec des stratégies différentes adaptées à la situation économique et sectorielle de la cible du fonds :

  • Le Capital Risque ou Capital Innovation est la branche qui finance les start-ups innovantes ayant un potentiel prometteur mais encore pour la plupart du temps à un stade embryonnaire. Il s’agit de capital « risque » car la société cible est encore très jeune et en phase de développement. Elle représente cependant une espérance de croissance très forte pour les années à venir. Les fonds d’investissement apportent un appui stratégique et financier déterminant pour ces nouveaux dirigeants à un moment critique de la vie de leur entreprise. Les fonds n’ont pas recours à de la dette pour des opérations de capital risque car la structure financière de ces entreprises est encore trop fragile.

Exemple : Dailymotion est une start-up française créée en 2005. Le site de partage vidéo made in France lancé par Benjamin Beijbaum et Olivier Poitrey a très tôt réalisé une levée de 7 Millions d’euros auprès des fonds d’investissement Atlas Ventures et Partech International pour mettre en route la success story que l’on connait [i]. Dailymotion est désormais détenue à 90% par Vivendi et est valorisée à plus de 271 millions d’euros [ii].

 

  • Le Capital Développement accompagne les PME ayant déjà atteint un certain stade de développement et qui cherchent à financer leur croissance. Ces PME sont souvent en difficulté pour trouver des financements auprès des banques et le recours à un fonds de capital développement est une alternative intéressante pour ces structures prometteuses. Ces futures ETI (Entreprises de Tailles Intermédiaires) ont besoin d’investissements importants pour se développer à l’international, renforcer leurs équipes, lancer un nouveau projet de grande envergure… Les capitaux, l’expertise ainsi que le réseau des fonds de Capital Développement permettent de poursuivre et d’accélérer la croissance de ces PME.

Exemple : En novembre 2005, le fonds d’investissement anglais 3i investissait environ 41 millions de livres dans le site d’annonces immobilières SeLoger.com avant de céder sa participation quelques années plus tard pour 91 millions de livres. Le CEO de 3i de l’époque, Philip Yea, confirmait l’importance que les fonds de Private Equity sont amenés à prendre dans le développement des PME : « Nos investissements sont plus importants et nous aidons les entreprises à se développer globalement » [iii].

 

  • Le Capital Retournement est une branche très particulière car elle se concentre uniquement sur des entreprises en restructuration qui possèdent des leviers de création de valeur préalablement identifiés par les potentiels repreneurs. Les fonds vont aider ces entreprises à se redresser par l’apport de financement en fonds propres. Avant que ces sociétés souvent déficitaires renouent avec les bénéfices, les fonds opèrent une restructuration interne de l’entreprise. Une partie de la réussite de l’opération se joue au moment des négociations avec les partenaires et créanciers de la société. Un plan de reprise de la cible est mis en place sur une durée de 1 à 3 ans à partir de l’analyse des forces et des faiblesses de celle-ci. Les fonds de capital retournement ont un ancrage très local car ils doivent être très informés sur la législation du pays. En France, le capital retournement ne représente qu’une part très faible du Private Equity avec moins de 2% des opérations. Louis Grevet président du fonds Perceva Capital disait en 2012 : « le capital retournement n’est pas un métier de volume [iv] » pour insister sur l’importance de cette branche du PE malgré la faible part qu’elle représente.

Exemple : Le Groupe Flo bien connu pour ses enseignes comme Hippopotamus ou encore le Bistrot Romain a connu une période difficile après la crise de la vache folle et une expansion du groupe mal orchestrée. En 2002, le groupe ouvre son capital au fonds de retournement Butler Capital Partners pour l’aider à redresser sa situation financière délicate. Avec l’aide de BCP, le Groupe Flo a renoué avec les bénéfices après 3 années déficitaires et poursuit désormais son expansion dans le secteur de la restauration.

 

  • Le Capital Transmission s’opère à un moment clé de la vie d’une entreprise, lorsqu’un changement de propriétaire intervient. Cette phase particulièrement délicate doit se réaliser dans les meilleures conditions pour sauvegarder la pérennité de la société et accroître son activité sur un horizon long terme. Les fonds de capital transmission vont mettre à disposition leur savoir-faire stratégique, juridique, financier et humain au profit de l’entreprise cible pour gérer cette situation déterminante pour l’avenir de l’entreprise. La plupart des opérations de capital transmission se font par le biais de LBO (Leveraged Buy Out), technique financière associant des capitaux propres et de la dette. Il est important de souligner que les fonds de LBO investissent dans des sociétés économiquement plus matures et plus grandes. Parfois critiqué, le recours à l’endettement est très courant lors d’une transmission d’entreprise et n’altère pas sa croissance si le bon équilibre dette/capital est utilisé. Bien au contraire un niveau de dette bien calculé permet de générer un effet de levier qui va accroître le retour sur investissement. Contrairement au capital développement où la prise de participation est souvent minoritaire, le capital transmission a recours aux montages LBO pour des prises de participations majoritaires.

Exemple : En 2001, le groupe Carrefour cède sa participation dans l’entreprise de surgelés Picard au fonds d’investissement Candover et à la famille Decelle via une opération de LBO. Ce sera le premier LBO effectué sur Picard, à l’époque en pleine expansion avec 500 magasins ouverts en 2004. La même année Picard est rachetée par BC Partners par le biais d’un second LBO. Ce changement d’actionnaires entraînera de nombreux changements à la tête du groupe avec l’éviction de Xavier Decelle et la nomination de Philippe Pauze (un ancien du groupe Carrefour). En 2010 c’est Lion Capital, un fonds britannique, qui prend le contrôle à 100% du capital de Picard pour un montant de 1,5 milliards d’euros 

[v]

[v]

 http://archives.lesechos.fr/archives/2010/Enjeux/00273-036-ENJ.htm

  • [vi] http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/03/31/les-surgeles-picard-sous-pavillon-suisse_4606487_3234.html
  • [vii] http://www.capital.fr/a-la-une/interviews/les-exces-de-quelques-lbo-ne-doivent-pas-condamner-l-ensemble-du-capital-investissement-381671
  • [xiii] http://www.pionline.com/article/20150406/PRINT/304069998/big-private-equity-managers-ruling-the-roost?newsletter=alternatives-digest&issue=20150406&utm_source=Newsletters&utm_medium=email&utm_campaign=P%2526I%2520Alternatives%2520Digest
  • [ix] https://www.privateequityinternational.com
  • http://www.bain.fr/publications/communiques-de-presse/rapport-mondial-annuel-du-secteur-du-private-equity-2015.aspx
  • http://www.vernimmen.fr//ftp/Q&A_PE_franc_22_11_11.pdf
  • http://www.cae-eco.fr/IMG/pdf/075.pdf

 

 

 

 

 

AlumnEye prépare les candidats entretiens en Banque d'Affaires, Finance de Marché et Conseil en Stratégie. >Plus de 1500 candidats coachés >Un réseau dans les plus grandes banques et cabinets de conseil